"Des journées comme celle d'aujourd'hui sont difficiles pour nous tous. L'équipe de direction et moi-même ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer qu'une telle journée ne se reproduise pas", écrit le patron d'Uber Dara Khosrowshahi. Outre son service de livraison de repas Uber Eats, les services de technologies de voitures autonomes, de performance marketing et de recrutement sont également concernés par ces coupes. Selon TechCrunch, plus de 70% des emplois supprimés sont situés au Canada et aux Etats-Unis. Uber avait déjà supprimé 435 emplois dans ses départements d'ingénierie et de produits en septembre et 400 emplois dans son département marketing en juillet afin de réduire les coûts. Depuis son entrée à la Bourse new-yorkaise début mai, l'entreprise peine à convaincre les marchés financiers qu'elle peut être rentable. Son titre a ainsi dégringolé de plus de 30% depuis ses premiers pas boursiers. (Belga)