Uber affirme, par la voix de son directeur aux Pays-Bas Thijs Emondts, qu'il n'a rien fait d'illégal. "Comme beaucoup de sociétés internationales basées aux Pays-Bas, nous disposons d'une structure fiscale conforme à la législation internationale. Je ne peux en dire plus", a réagi M. Emondts auprès de Zembla.

Selon le programme néerlandais, Uber utilise une construction fiscale par laquelle la société bénéficie d'exemptions tant au Royaume-Uni qu'aux Pays-Bas. Les 40.000 chauffeurs britanniques d'Uber, en tant qu'indépendants, sont exemptés de TVA jusqu'à 85.000 livres (environ 95.800 euros). La commission perçue par Uber est également exemptée d'impôts.

Les chauffeurs d'Uber sont de faux indépendants, estime Maria Ludkin, membre du directoire du syndicat des transports britannique GMB. "Nous avons interpellé les autorités britanniques." L'eurodéputée Marietje Schaake (parti démocrate néerlandais D66) souhaite également que la situation soit examinée pour déterminer si les conducteurs sont de faux indépendants.

Les autorités fiscales néerlandaise et britannique n'ont pas souhaité réagir auprès de Zembla.

Uber affirme, par la voix de son directeur aux Pays-Bas Thijs Emondts, qu'il n'a rien fait d'illégal. "Comme beaucoup de sociétés internationales basées aux Pays-Bas, nous disposons d'une structure fiscale conforme à la législation internationale. Je ne peux en dire plus", a réagi M. Emondts auprès de Zembla. Selon le programme néerlandais, Uber utilise une construction fiscale par laquelle la société bénéficie d'exemptions tant au Royaume-Uni qu'aux Pays-Bas. Les 40.000 chauffeurs britanniques d'Uber, en tant qu'indépendants, sont exemptés de TVA jusqu'à 85.000 livres (environ 95.800 euros). La commission perçue par Uber est également exemptée d'impôts. Les chauffeurs d'Uber sont de faux indépendants, estime Maria Ludkin, membre du directoire du syndicat des transports britannique GMB. "Nous avons interpellé les autorités britanniques." L'eurodéputée Marietje Schaake (parti démocrate néerlandais D66) souhaite également que la situation soit examinée pour déterminer si les conducteurs sont de faux indépendants. Les autorités fiscales néerlandaise et britannique n'ont pas souhaité réagir auprès de Zembla.