Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 303,31 points à 21.115,55 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 78,59 points à 5.904,03 points, à chaque fois des niveaux jamais vus. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 32,32 points, soit 1,37%, à 2.395,96 points. Wall Street a exprimé son "soulagement" au lendemain d'un discours de Donald Trump, "au ton à la fois plus mesuré et plus engageant", a résumé Patrick O'Hare, de Briefing. Le chef d'Etat américain, dont les promesses de relance budgétaire ont déjà fait passer de multiples records à Wall Street depuis l'élection de la fin 2016, a semblé adopter un registre plus présidentiel qu'à l'habitude. "Le ton plus conciliant du discours (...) fait espérer qu'il soit plus aisé à M. Trump de faire adopter ce sur quoi compte le marché: une réforme fiscale et des dépenses d'infrastructures", a expliqué Karl Haeling, de Landesbank Baden-Württemberg. Pour autant, les analystes soulignaient que le président n'avait finalement guère donné de détails sur la mise en ?uvre de ces réformes, un certain flou perdurant plus d'un mois après son investiture. (Belga)

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 303,31 points à 21.115,55 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 78,59 points à 5.904,03 points, à chaque fois des niveaux jamais vus. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 32,32 points, soit 1,37%, à 2.395,96 points. Wall Street a exprimé son "soulagement" au lendemain d'un discours de Donald Trump, "au ton à la fois plus mesuré et plus engageant", a résumé Patrick O'Hare, de Briefing. Le chef d'Etat américain, dont les promesses de relance budgétaire ont déjà fait passer de multiples records à Wall Street depuis l'élection de la fin 2016, a semblé adopter un registre plus présidentiel qu'à l'habitude. "Le ton plus conciliant du discours (...) fait espérer qu'il soit plus aisé à M. Trump de faire adopter ce sur quoi compte le marché: une réforme fiscale et des dépenses d'infrastructures", a expliqué Karl Haeling, de Landesbank Baden-Württemberg. Pour autant, les analystes soulignaient que le président n'avait finalement guère donné de détails sur la mise en ?uvre de ces réformes, un certain flou perdurant plus d'un mois après son investiture. (Belga)