"Nous acceptons de baisser la production. Et eux acceptent de faire quelque chose pour nous dédommager à l'avenir", a dit le président américain. Donald Trump a laissé entendre qu'il avait bien accepté de baisser la production américaine de 250.000 barils par jour, comme l'affirme son homologue mexicain. "On l'a déjà fait", a-t-il souligné en se référant à la baisse de production aux Etats-Unis due à la chute de la demande. Il n'était pas clair vendredi comment le président américain pourrait procéder pour réduire la production de 250.000 barils par jour sur un total d'environ 13 millions de barils quotidiens. Aux Etats-Unis, la production est aux mains d'entreprises privées et les règles de la concurrence les empêchent de se coordonner. Le président semble estimer que la chose se fera - ou s'est déjà faite - naturellement en raison de la chute brutale de la demande. Le rapport hebdomadaire sur les stocks de brut, publié mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie, a révélé une chute de la production des Etats-Unis. Celle-ci est passée de 13 millions de barils par jour (mbj), un niveau record auquel elle se maintenait depuis janvier, à 12,4 mbj. Andrés Manuel Lopez Obrador avait indiqué plus tôt vendredi être parvenu à un accord avec son homologue américain, à l'initiative de ce dernier. Le président mexicain a précisé que son pays allait réduire sa production de 100.000 barils par jour et que les Etats-Unis allaient de leur côté diminuer les leurs de 250.000 barils par jour supplémentaires par rapport à leurs engagements précédents pour compenser la part mexicaine. Le Mexique trouvait en effet excessif l'effort qui lui était réclamé (réduction de production de 400.000 barils par jour), comparé à d'autres pays, pour arriver à un accord global de réduction de quelque 10 millions de barils par jour entre pays producteurs et actuellement en cours de négociation. (Belga)

"Nous acceptons de baisser la production. Et eux acceptent de faire quelque chose pour nous dédommager à l'avenir", a dit le président américain. Donald Trump a laissé entendre qu'il avait bien accepté de baisser la production américaine de 250.000 barils par jour, comme l'affirme son homologue mexicain. "On l'a déjà fait", a-t-il souligné en se référant à la baisse de production aux Etats-Unis due à la chute de la demande. Il n'était pas clair vendredi comment le président américain pourrait procéder pour réduire la production de 250.000 barils par jour sur un total d'environ 13 millions de barils quotidiens. Aux Etats-Unis, la production est aux mains d'entreprises privées et les règles de la concurrence les empêchent de se coordonner. Le président semble estimer que la chose se fera - ou s'est déjà faite - naturellement en raison de la chute brutale de la demande. Le rapport hebdomadaire sur les stocks de brut, publié mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie, a révélé une chute de la production des Etats-Unis. Celle-ci est passée de 13 millions de barils par jour (mbj), un niveau record auquel elle se maintenait depuis janvier, à 12,4 mbj. Andrés Manuel Lopez Obrador avait indiqué plus tôt vendredi être parvenu à un accord avec son homologue américain, à l'initiative de ce dernier. Le président mexicain a précisé que son pays allait réduire sa production de 100.000 barils par jour et que les Etats-Unis allaient de leur côté diminuer les leurs de 250.000 barils par jour supplémentaires par rapport à leurs engagements précédents pour compenser la part mexicaine. Le Mexique trouvait en effet excessif l'effort qui lui était réclamé (réduction de production de 400.000 barils par jour), comparé à d'autres pays, pour arriver à un accord global de réduction de quelque 10 millions de barils par jour entre pays producteurs et actuellement en cours de négociation. (Belga)