S'ils ne sont pas affectés aux postes stratégiques - comme directeur RH ou développeur de produits par exemple -, les free-lances sont tout de même dans la moitié des cas (47,5%) engagés pour des tâches hautement spécialisées.

Missions poncutelles ou tâches complexes

"Au-delà de leurs compétences spécialisées, les free-lances sont également déployés dans des entreprises belges pour des missions ponctuelles (35%) et des tâches particulièrement complexes (33,8%)", soulève l'étude.

Il ressort également que plus l'entreprise est grande, plus le risque que l'indépendant effectue une tâche clé est important. En moyenne, toute tailles confondues, une entreprise belge sur trois fait fréquemment appel à des travailleurs free-lances pour des missions à court terme.

Départements informatiques

Environ 15% des entreprises le font pour couvrir des périodes d'indisponibilité comme une maladie ou une grossesse et 20% pour des missions à long terme. Aux niveaux européen et belge, les départements informatiques sont les plus susceptibles de faire appel à des free-lances (36% en moyenne, pour 31% en Belgique). L'enquête de SD Worx et de l'Antwerp Management School a interrogé 1.074 employeurs dans les cinq pays suivants: Allemagne, Belgique, France, Pays-Bas et Royaume-Uni.

S'ils ne sont pas affectés aux postes stratégiques - comme directeur RH ou développeur de produits par exemple -, les free-lances sont tout de même dans la moitié des cas (47,5%) engagés pour des tâches hautement spécialisées. "Au-delà de leurs compétences spécialisées, les free-lances sont également déployés dans des entreprises belges pour des missions ponctuelles (35%) et des tâches particulièrement complexes (33,8%)", soulève l'étude. Il ressort également que plus l'entreprise est grande, plus le risque que l'indépendant effectue une tâche clé est important. En moyenne, toute tailles confondues, une entreprise belge sur trois fait fréquemment appel à des travailleurs free-lances pour des missions à court terme. Environ 15% des entreprises le font pour couvrir des périodes d'indisponibilité comme une maladie ou une grossesse et 20% pour des missions à long terme. Aux niveaux européen et belge, les départements informatiques sont les plus susceptibles de faire appel à des free-lances (36% en moyenne, pour 31% en Belgique). L'enquête de SD Worx et de l'Antwerp Management School a interrogé 1.074 employeurs dans les cinq pays suivants: Allemagne, Belgique, France, Pays-Bas et Royaume-Uni.