Dans un monde entrepreneurial où les frontières entre les départements " Sales " et " Marketing " deviennent de plus en plus poreuses, Trends-Tendances et son homologue flamand Trends innovent et lancent ensemble une nouvelle compétition sur le marché des récompenses professionnelles. Baptisé " Trends Sales & Marketing Awards " (TSMA), l'événement entend honorer les acteurs les plus innovants dans le domaine des ventes et du marketing, tant au nord qu'au sud du pays, à la fois dans les secteurs B2B ( business-to-business) et B2C ( business-to-consumer).

Organisée avec le soutien logistique de la société de conseil Minds & More, la toute première édition des TSMA se tiendra le 6 novembre prochain dans la salle The Event Lounge à Bruxelles et récompensera quatre lauréats parmi les 12 nominés dans ces catégories distinctes.

Dès aujourd'hui et jusqu'au 13 octobre, le public aura l'occasion de voter pour son candidat favori à l'adresse www.tsma.be. Son avis comptera pour 30% dans l'ensemble des votes, à côté de ceux des deux jurys B2B et B2C qui auditionneront les nominés les 9 et 10 octobre prochains et choisiront ensuite les vainqueurs.

Respectivement présidés par Marleen Vaesen (CEO de la marque de lingerie Van de Velde) pour la catégorie B2C et par Peter Vandekerkhove (ancien CEO de la banque luxembourgeoise KBL) pour la catégoire B2B, les jurys comptent plusieurs patrons, professeurs et experts qui décortiqueront les stratégies audacieuses mises en place par les différents candidats pour distinguer leur entreprise de la concurrence.

Découvrez à présent les six nominés francophones et les six néerlandophones en lice pour les trophées des tout premiers " Trends Sales & Marketing Awards ".

LES NOMINÉS FRANCOPHONES CATÉGORIE B2B

DAVID FAVEST (TOURING)

© PG

Diplômé de l'Ephec, David Favest a consacré presque toute sa carrière à la mobilité. Après un court passage chez Xerox en 1995, le jeune homme épouse, dans un premier temps, la cause des constructeurs automobiles, de Bruxelles à Utrecht, en passant par Detroit aux Etats-Unis. Pendant 20 ans, il multiplie en effet les postes à responsabilité chez Chrysler, Fiat et Kia, jusqu'à ce qu'un chasseur de têtes ne le repère pour un poste de directeur marketing au sein de la Société des transports intercommunaux bruxellois (Stib). En 2015, David Favest tire donc un trait sur les voitures et bascule dans le monde concurrent des trams, des bus et des métros. Le pari est osé, mais le marketer relève néanmoins le défi. En quelques mois, il dépoussière l'institution bruxelloise et parvient à rendre la Stib " cool ", moderne et beaucoup plus attractive grâce à une communication ancrée dans l'air du temps et, surtout, un virage digital finement négocié. Au début de l'année 2018, l'homme se voit proposer un nouveau challenge et devient directeur B2B de Touring, la société spécialisée dans le dépannage des véhicules et l'assistance voyages. " Là aussi, mon ambition est de faire évoluer la culture d'une entreprise qui va bientôt avoir 125 ans, confie David Favest qui a déjà bousculé pas mal de codes chez Touring. Je veux en faire un acteur incontournable de la mobilité et, pour ce faire, il est indispensable pour moi d'intégrer justement le sales et le marketing. "

RONALD GOBERT (GROUPE GOBERT)

RONALD GOBERT (GROUPE GOBERT) © PG

Il incarne la troisième génération d'une entreprise familiale principalement active dans les matériaux de construction et le transport fluvial. A 39 ans, Ronald dirige le Groupe Gobert depuis une quinzaine d'années déjà, avec 350 employés sous sa direction. Le chiffre d'affaires (125 millions d'euros en 2018) n'a jamais cessé de croître, surtout ces trois dernières années où l'entreprise a pu mesurer les effets bénéfiques de son implication réelle dans le sport. Depuis 2017, l'équipe cycliste Wanty-Groupe Gobert participe en effet au Tour de France et la notoriété de ces deux entreprises actives dans le secteur de la construction n'a fait qu'augmenter. " C'est un événement marquant qui a non seulement fait décoller notre image, mais aussi nos ventes, témoigne Ronald Gobert. Chaque mois de juillet, depuis trois ans, nous constatons par exemple une augmentation de 15% de notre chiffre d'affaires grâce à notre stratégie mise en place dans le cyclisme via l'équipe Wanty-Gobert. " L'administrateur délégué du groupe familial précise que cette implication dans le sport a eu aussi un impact énorme sur le personnel " qui s'identifie davantage à l'entreprise et développe un sentiment de fierté " ( sic), mais également au niveau B2B puisque Ronald Gobert a créé un business club où les clients sont régulièrement invités à l'une ou l'autre course cycliste dans le but de nouer des liens commerciaux entre les différents partenaires.

ARNAUD MEULEMEESTER (DIRTY MONITOR)

ARNAUD MEULEMEESTER (DIRTY MONITOR) © PG

Archéologue de formation, Arnaud Meulemeester a rejoint l'aventure Dirty Monitor il y a tout juste trois ans comme business developper. Basée à Charleroi, cette société est spécialisée dans le video mapping, une technologie multimédia qui consiste à projeter des images de très grande taille sur des édifices ou des structures en relief. Avec son savoir-faire " sons et lumières ", Dirty Monitor a ainsi habillé plusieurs monuments de prestige comme le Temple du Ciel à Pékin, le Palais du Parlement à Bucarest ou encore l'impressionnante Burj Khalifa à Dubaï qui reste, à ce jour, la plus haute tour du monde. En quelques années à peine, cette société wallonne est devenue une référence à l'international et Dirty Monitor a depuis élargi son portefeuille de clients avec des événements corporate sur mesure pour des lancements de produits ou des festivités d'entreprises. Parmi ses références, la société compte quelques grands noms comme Porsche, Lhoist, Eneco, Asco Industries, Bosch ou encore CMI. Arnaud Meulemeester participe fortement au développement et au rayonnement international de Dirty Monitor. Du Caire à Mexico, en passant par Turin et Montréal, ce jeune trentenaire ne cesse de multiplier les voyages à l'étranger pour vendre la créativité belge de son entreprise avec un profil singulier et un enthousiasme communicatif qui lui ouvrent bien des portes.

LES NOMINÉS FRANCOPHONES CATÉGORIE B2C

MURIEL BERNARD (EFARMZ)

© PG

Après une longue expérience de marketer dans de grandes entreprises telles que Gillette, Levi's ou encore Mobistar, Muriel Bernard a franchi le pas de l'entrepreneuriat en lançant sa propre société eFarmz au printemps 2013. Visionnaire, elle a surfé sur la tendance grandissante de l'alimentation bio en y ajoutant la dimension d'un e-commerce en plein développement. Sa plateforme eFarmz permet en effet aux internautes d'acheter en ligne des paniers sains (fruits, légumes, fromages, viandes, etc.) et des " box repas " qui sont livrés à domicile ou en point-dépôt en Wallonie et à Bruxelles (le service n'est pas encore disponible en Flandre). Originale, la démarche de Muriel Bernard se veut écologique et durable avec une offre glanée chez une centaine de petits producteurs locaux qui suit le rythme des saisons et qui séduit les consommateurs. " Notre chiffre d'affaires est en croissance de 50% chaque année, se réjouit la fondatrice d'eFarmz qui compte aujourd'hui 35.000 clients. Nous avons commencé l'aventure à deux et, six ans plus tard, notre entreprise compte 20 employés. C'est un vrai succès et notre ambition est de devenir leader dans tout ce qui est bio en Belgique francophone avant d'attaquer bientôt, je l'espère, le marché néerlandophone. " En privilégiant le marketing on line - " qui coûte moins cher et convertit davantage " - l'entrepreneuse attaque aujourd'hui de front la grande distribution.

KIM BEYNS (NGROUP)

KIM BEYNS (NGROUP) © PG

Personne n'y croyait, mais ils l'ont fait. A la tête de NGroup (la structure qui chapeaute les radios Nostalgie, NRJ et Chérie FM), le CEO Marc Vossen et son COO Kim Beyns ont en effet réussi l'exploit de hisser leur station musicale Nostalgie au sommet des radios les plus écoutées en Fédération Wallonie-Bruxelles et d'occuper surtout ce statut de n°1 depuis plus d'un an déjà. Avec 16% de parts de marché, la chaîne " qui vous donne une sérieuse envie de chanter " - tel est son slogan - se positionne désormais devant les radios de la RTBF et de RTL Belgique (Bel RTL et Contact), en jouant la carte de la nostalgie musicale et de l'info positive. Une véritable performance qui repose non seulement sur les épaules du CEO de NGroup, mais aussi sur l'audace créative du COO Kim Beyns, véritable artisan du repositionnement des chaînes musicales du groupe. " Aujourd'hui, nous comptons 900.000 auditeurs quotidiens avec nos différentes radios, se réjouit le jeune quadra qui a fait ses études à l'Ihecs et travaillé 10 ans chez IP, la régie publicitaire de RTL Belgique. Notre spécificité consiste à convaincre deux types de clients : les auditeurs en B2C et les annonceurs en B2B. Avec nos campagnes de pub décalées, on arrive justement à séduire à la fois le grand public et le monde plus upscale de la pub et des agences médias. Mon rôle de COO symbolise justement ce mix aujourd'hui nécessaire entre les ventes et le marketing pour atteindre les objectifs fixés. "

CRISTINA ZANCHI (ORANGE BELGIUM)

CRISTINA ZANCHI (ORANGE BELGIUM) © PG

Diplômée de l'université de Milan où elle a décroché un master en économie et en droit européen, Cristina Zanchi a également suivi une formation en management à la London Business School, avant d'entrer chez KLM en 1989. Sa carrière dans les bureaux de cette compagnie aérienne l'a menée dans plusieurs pays où elle a occupé des fonctions dans la distribution, le marketing et la gestion des alliances durant une quinzaine d'années, avant de rejoindre la multinationale Shell en 2006 en tant que responsable marketing et stratégie. Quatre ans plus tard, elle est recrutée par l'opérateur Orange Belgium en tant que chief consumer officer et ajoute, en 2015, les activités de vente et de distribution à ses responsabilités jusque là ancrées dans le marketing. " Peu d'opérateurs ont eu le courage d'intégrer les deux fonctions au sein de leur entreprise, constate Cristina Zanchi. Ce n'est pas évident et, pour y arriver, il faut être audacieux. Mais le défi en vaut la peine car, en intégrant les ventes et le marketing, on est plus réactif et davantage à l'écoute du client. " Depuis la mise en place de cette stratégie osée, Orange s'est positionné comme le nouveau challenger du secteur belge des télécoms avec des offres singulières (premiers forfaits illimités, offre " Internet only ", etc.) qui ont bousculé la concurrence et ont déjà porté leurs fruits sur le plan commercial.

LE NOMINÉS NÉERLANDOPHONES CATÉGORIE B2B

TIM CLAES (REALDOLMEN)

TIM CLAES (REALDOLMEN) © PG

Tim Claes a terminé ses études d'ingénieur commercial en informatique de gestion à l'université d'Anvers en 1999. Il a commencé sa carrière au bureau de consultance Axias où il a accédé au rang de partner. Axias a ensuite été rachetée par Real Software, qui a fusionné avec Dolmen en 2008. Tim Claes est aujourd'hui directeur sales, marketing et communication interne au sein de cette entreprise de logiciels. Entièrement renouvelée, son organisation des ventes et du marketing est devenue la pierre angulaire du succès commercial de RealDolmen ces cinq dernières années. Tim Claes a replacé le client au centre des activités en développant notamment des plateformes numériques.

KATRIEN VAN HECKE (GRANDECO WALLFASHION GROUP)

KATRIEN VAN HECKE (GRANDECO WALLFASHION GROUP) © PG

Après avoir décroché un master en marketing management (Ehsal) en 1999, Katrien Van Hecke a commencé sa carrière en 2000 au sein du groupe de communication OgilvyOne. De 2006 à 2016, elle a été responsable marketing chez Novy (hottes et plaques de cuisson), avant de rejoindre Grandeco Wallfashion Group, l'un des principaux acteurs européens dans le domaine des revêtements muraux décoratifs. Jusqu'à son arrivée, aucune grande étape n'avait été franchie dans le domaine de la numérisation des activités. Les commandes des clients arrivaient par fax ou par e-mail, un système qui prenait énormément de temps. La marketing manager a dès lors développé une plateforme numérique où les clients professionnels peuvent désormais trouver tout ce dont ils ont besoin.

STIJN VANDER PLAETSE (TELENET)

STIJN VANDER PLAETSE (TELENET) © PG

Détenteur d'un master en sciences économiques appliquées de l'université de Hasselt en 1996, Stijn Vander Plaetse travaille dans le secteur des télécommunications et des médias depuis 1998. Il a notamment oeuvré chez Belgacom et a été CEO de Certipost et de Mplus Group. A la tête d'une équipe de 150 personnes, il occupe aujourd'hui la fonction de vice-president sales & channel chez Telenet Business depuis 2018. Il y est arrivé en 2013 avec la mission de développer les activités de Telenet sur le marché des grandes et petites entreprises. Ce marché est crucial et en croissance pour le secteur des télécommunications.

LE NOMINÉS NÉERLANDOPHONES CATÉGORIE B2C

BÉNÉDICTE LOBELLE (LOTERIE NATIONALE)

BÉNÉDICTE LOBELLE (LOTERIE NATIONALE) © PG

Titulaire d'un master en histoire de l'art (UGent) et d'une licence spéciale en marketing (Vlerick Business School), Bénédicte Lobelle a travaillé plusieurs années au sein de l'entreprise de médias Sanoma, avant de rejoindre la Loterie Nationale en 2015 où elle est aujourd'hui directrice marketing. L'année dernière, elle a étendu le catalogue de produits en y ajoutant une nouvelle catégorie de jeux en ligne. Outre cet élargissement de l'offre, Bénédicte Lobelle a numérisé l'approche marketing de la Loterie Nationale. Elle a beaucoup investi dans les données et les outils en ligne. Conjuguée au storytelling, cette approche portée par les données a permis aux actions marketing de l'entreprise de toucher les clients de manière plus ciblée.

BART TEMMERMAN (PUBLIQ)

BART TEMMERMAN (PUBLIQ) © PG

Ingénieur commercial de formation (VUB), Bart Temmerman a commencé sa carrière en 1996 chez Arthur Andersen & Co dans l'audit et les assurances, avant de travailler pour Belgacom et Alcatel-Lucent. Depuis 2009, il dirige l'ASBL publiq qui facilite l'accès à l'offre de loisirs en Belgique. Bart Temmerman a notamment été à l'initiative du " Musuem Pass Musées " en 2015, une carte qui offre à son titulaire une année d'accès illimité à plus de 150 musées pour 50 euros. Ce passeport culturel a non seulement pour objectif d'accroître la fréquentation des musées, mais il remplit également une autre mission : les données que génère le " Musuem Pass Musées " lui permettent en effet de réaliser de nouvelles actions marketing.

BÉNÉDICTE VAN DEN DRIESSCHE (THE COOKWARE COMPANY)

BÉNÉDICTE VAN DEN DRIESSCHE (THE COOKWARE COMPANY) © PG

Bénédicte Van den Driessche a obtenu des masters en communication et en gestion d'entreprise à l'UGent et un master en general management à la Vlerick Business School. Elle a commencé sa carrière chez Kellogg's et a ensuite exercé plusieurs fonctions chez Groupon en Belgique et à l'étranger. Elle est aujourd'hui directrice e-commerce de la division européenne de The Cookware Company qui commercialise notamment la marque de poêles GreenPan. Bénédicte Van den Driessche a dû élaborer une stratégie commerciale coûteuse qui a nécessité l'harmonisation de plusieurs canaux de vente parfois concurrents. Ces nouvelles activités représentent aujourd'hui une part substantielle du chiffre d'affaires de The Cookware Company.