Six mois durant, ils transformeront leur temps de déplacement en temps de travail à bord d'un bus aménagé en bureau qui sera connecté " exactement comme le sont les ordinateurs du siège ". Menée conjointement par l'Association professionnelle des entrepreneurs d'autobus et d'autocars de Flandre-Occidentale (BAAV) et l'Institut flamand pour la mobilité (VIM), l'expérience poursuit un double but : vérifier si pareil mode de déplacement peut constituer une alternative valable en matière de transport et dans l'affirmative, recenser les adaptations industrielles nécessaires. L'expérience sera officiellement présentée le 20 septembre.

GUILLAUME CAPRON