Toyota va acquérir 4,94% du capital de Suzuki pour 96 milliards de yens (819 millions d'euros), tandis que Suzuki va acheter des titres Toyota pour 48 milliards de yens, sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires, selon un communiqué des deux groupes.

Ce rapprochement a pour but "d'établir et de promouvoir un partenariat de long terme entre les deux sociétés", pour collaborer dans de nouveaux domaines, incluant celui de la conduite autonome, est-il précisé.

Le marché automobile connaît actuellement des mutations d'une ampleur sans précédent, en raison des enjeux environnementaux, des nouveaux modes de mobilité et de l'arrivée massive des nouvelles technologies, obligeant les acteurs du secteur à s'unir pour faire face à des investissements colossaux.

Toyota et Suzuki sont déjà partenaires technologiques depuis 2017, et depuis l'an dernier ils sont aussi partenaires commerciaux en Inde, où Suzuki est solidement implanté.

Toyota est actuellement le troisième constructeur mondial en termes de véhicules vendus (10,59 millions d'unités en 2018, en comptant aussi ses marques Lexus, Daihatsu et les camions Hino), juste derrière l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors et le mastodonte allemand Volkswagen.

Suzuki a quant à lui livré 3,2 millions de véhicules dans le monde sur son dernier exercice annuel décalé (2017/2018), dont la moitié environ sont des deux-roues.