"A la suite de l'échec de la réunion de négociation (lundi), tous les magasins Mestdagh sont partis en grève", précise Danny Dubois. "Ce mouvement de fermeture des magasins annonce également que d'autres actions suivront très probablement prochainement." Pour le syndicat, "la balle est actuellement dans le camp de l'employeur".

En mai dernier, Mestdagh annonçait une importante restructuration incluant la suppression de quelque 450 emplois, sur les 2.300 travailleurs que compte le groupe. Le temps est compté pour les négociateurs, car le recours aux régimes de chômage avec complément d'entreprise (soit les prépensions) à 56 ans ne sera plus possible après la fin de l'année.

Lundi, une nouvelle réunion s'est tenue entre la direction et les syndicats quant au plan social qui doit être mis en oeuvre, mais les discussions ont une nouvelle fois abouti à une impasse.

"A la suite de l'échec de la réunion de négociation (lundi), tous les magasins Mestdagh sont partis en grève", précise Danny Dubois. "Ce mouvement de fermeture des magasins annonce également que d'autres actions suivront très probablement prochainement." Pour le syndicat, "la balle est actuellement dans le camp de l'employeur". En mai dernier, Mestdagh annonçait une importante restructuration incluant la suppression de quelque 450 emplois, sur les 2.300 travailleurs que compte le groupe. Le temps est compté pour les négociateurs, car le recours aux régimes de chômage avec complément d'entreprise (soit les prépensions) à 56 ans ne sera plus possible après la fin de l'année. Lundi, une nouvelle réunion s'est tenue entre la direction et les syndicats quant au plan social qui doit être mis en oeuvre, mais les discussions ont une nouvelle fois abouti à une impasse.