Pour Thalys, ce trajet ne représente "qu'un train par jour, assez peu rempli". Ce type de trains, qui roule à pertes, ne peut donc circuler sans subside fédéral. Lequel ne semble pas se dégager, au grand dam des parlementaires wallons. Et Thalys ne poussera certainement pas la renaissance des trains rouges sur la dorsale wallonne. "Avec 26 rames, dans une logique de développement, l'enjeu au quotidien c'est de savoir où mettre nos voitures. On ne peut pas être partout, avec une capacité limitée, on fait au mieux en fonction de la demande", souligne Agnès Ogier, directrice générale de Thalys. (Belga)

Pour Thalys, ce trajet ne représente "qu'un train par jour, assez peu rempli". Ce type de trains, qui roule à pertes, ne peut donc circuler sans subside fédéral. Lequel ne semble pas se dégager, au grand dam des parlementaires wallons. Et Thalys ne poussera certainement pas la renaissance des trains rouges sur la dorsale wallonne. "Avec 26 rames, dans une logique de développement, l'enjeu au quotidien c'est de savoir où mettre nos voitures. On ne peut pas être partout, avec une capacité limitée, on fait au mieux en fonction de la demande", souligne Agnès Ogier, directrice générale de Thalys. (Belga)