"Nous avons ouvert la porte à des négociations mais en fin de compte, nos opinions sur la valeur de l'entreprise et la structure de la transaction étaient trop éloignées. Nous avons donc décidé de mettre fin aux discussions", a indiqué le directeur financier de Thyssenkrupp Klaus Keysberg, cité dans le communiqué. Le conglomérat allemand a précisé qu'il conserverait sa division acier et se concentrerait sur la gestion des "conséquences de la pandémie de coronavirus". Il tentera de la rendre "durablement rentable et donc à l'épreuve du temps". Le conglomérat métallurgique, qui produit aussi bien des tôles d'acier que des sous-marins, affronte des difficultés structurelles depuis plusieurs années et a engagé plusieurs plans de restructuration ces derniers mois. Liberty Steel lui avait proposé en octobre de racheter ses activités d'acier pour un montant non communiqué mais Thyssenkrupp n'avait pas officiellement répondu jusqu'à mercredi. Le groupe allemand a fait état la semaine passée d'une perte nette divisée par trois au premier trimestre 2020/2021 sur un an, grâce à une "reprise" de ses activités industrielles, le conduisant à relever ses prévisions pour l'année en cours. (Belga)

"Nous avons ouvert la porte à des négociations mais en fin de compte, nos opinions sur la valeur de l'entreprise et la structure de la transaction étaient trop éloignées. Nous avons donc décidé de mettre fin aux discussions", a indiqué le directeur financier de Thyssenkrupp Klaus Keysberg, cité dans le communiqué. Le conglomérat allemand a précisé qu'il conserverait sa division acier et se concentrerait sur la gestion des "conséquences de la pandémie de coronavirus". Il tentera de la rendre "durablement rentable et donc à l'épreuve du temps". Le conglomérat métallurgique, qui produit aussi bien des tôles d'acier que des sous-marins, affronte des difficultés structurelles depuis plusieurs années et a engagé plusieurs plans de restructuration ces derniers mois. Liberty Steel lui avait proposé en octobre de racheter ses activités d'acier pour un montant non communiqué mais Thyssenkrupp n'avait pas officiellement répondu jusqu'à mercredi. Le groupe allemand a fait état la semaine passée d'une perte nette divisée par trois au premier trimestre 2020/2021 sur un an, grâce à une "reprise" de ses activités industrielles, le conduisant à relever ses prévisions pour l'année en cours. (Belga)