Thomas Cook Group, maison mère des tour-opérateurs belges Thomas Cook et Neckermann, a fait état lundi d'une perte nette de 200,8 millions de livres (230 millions d'euros) lors de son premier semestre d'activité, plombé en partie par les troubles en Tunisie et en Egypte.

La perte semestrielle est comparable à celle de l'année précédente, où elle avait atteint 211,8 millions de livres sur la même période. Lors de son précédent exercice annuel achevé fin septembre, le voyagiste britannique avait fait état d'un déficit net de 2,6 millions de livres.

En revanche, les revenus du groupe ont augmenté de 3,7 %, à 3,43 milliards de livres, grâce à la vente de séjours plus hauts de gamme.

Thomas Cook évalue à 22,4 millions de livres les pertes directement provoquées par les événements des derniers mois en Tunisie et en Egypte, deux de ses principales destinations. Près de 5 millions de frais sont imputables aux rapatriements et le reste aux annulations de séjours.

Le groupe estime en outre que ses comptes ont été affectés à hauteur de 15 millions de livres par des vacances de Pâques tardives, qui seront comptabilisées au second semestre.

Thomas Cook a rappelé que le premier semestre était traditionnellement déficitaire pour les voyagistes, et qu'il comptait toujours sur un résultat en amélioration sur l'ensemble de l'exercice.

Trends.be, avec Belga

Thomas Cook Group, maison mère des tour-opérateurs belges Thomas Cook et Neckermann, a fait état lundi d'une perte nette de 200,8 millions de livres (230 millions d'euros) lors de son premier semestre d'activité, plombé en partie par les troubles en Tunisie et en Egypte.La perte semestrielle est comparable à celle de l'année précédente, où elle avait atteint 211,8 millions de livres sur la même période. Lors de son précédent exercice annuel achevé fin septembre, le voyagiste britannique avait fait état d'un déficit net de 2,6 millions de livres.En revanche, les revenus du groupe ont augmenté de 3,7 %, à 3,43 milliards de livres, grâce à la vente de séjours plus hauts de gamme.Thomas Cook évalue à 22,4 millions de livres les pertes directement provoquées par les événements des derniers mois en Tunisie et en Egypte, deux de ses principales destinations. Près de 5 millions de frais sont imputables aux rapatriements et le reste aux annulations de séjours.Le groupe estime en outre que ses comptes ont été affectés à hauteur de 15 millions de livres par des vacances de Pâques tardives, qui seront comptabilisées au second semestre.Thomas Cook a rappelé que le premier semestre était traditionnellement déficitaire pour les voyagistes, et qu'il comptait toujours sur un résultat en amélioration sur l'ensemble de l'exercice.Trends.be, avec Belga