Le personnel de cabine de Ryanair basé en Belgique avait annoncé les trois jours de grève vendredi dernier, après l'échec des négociations sur une nouvelle convention collective de travail. Les discussions patinent depuis de nombreuses semaines car les propositions du transporteur ne respectent pas la législation belge sur le travail, affirment les syndicats chrétiens flamand ACV Puls et francophone CNE, seuls représentés au sein de la compagnie irlandaise à bas coûts. Les deux organisations dénoncent également l'absence d'une direction RH basée en Belgique et connaissant la législation sociale qui s'y applique, ce qui éviterait de nombreuses erreurs sur les fiches de paie. Avec cette grève en Belgique, l'action européenne qu'évoquaient les syndicats à la mi-mai prend forme. En Espagne, le personnel de cabine entend arrêter le travail pendant six jours, les 24, 25 et 26 juin ainsi que les 30 juin et 1er et 2 juillet. Un syndicat portugais a également appelé le personnel de Ryanair à une grève de trois jours, aussi du 24 au 26 juin, afin de protester contre la dégradation des conditions de travail des salariés. L'Italie se joindra aussi au mouvement le samedi 25 juin et la France en fera de même les 25 et 26 juin, après deux jours de grève la semaine passée ayant causé l'annulation de nombreux vols. Le dernier mouvement de grève organisé en avril avait provoqué l'annulation de près de 300 vols aux aéroports de Zaventem (Brussels Airport) et Charleroi (BSCA). (Belga)

Le personnel de cabine de Ryanair basé en Belgique avait annoncé les trois jours de grève vendredi dernier, après l'échec des négociations sur une nouvelle convention collective de travail. Les discussions patinent depuis de nombreuses semaines car les propositions du transporteur ne respectent pas la législation belge sur le travail, affirment les syndicats chrétiens flamand ACV Puls et francophone CNE, seuls représentés au sein de la compagnie irlandaise à bas coûts. Les deux organisations dénoncent également l'absence d'une direction RH basée en Belgique et connaissant la législation sociale qui s'y applique, ce qui éviterait de nombreuses erreurs sur les fiches de paie. Avec cette grève en Belgique, l'action européenne qu'évoquaient les syndicats à la mi-mai prend forme. En Espagne, le personnel de cabine entend arrêter le travail pendant six jours, les 24, 25 et 26 juin ainsi que les 30 juin et 1er et 2 juillet. Un syndicat portugais a également appelé le personnel de Ryanair à une grève de trois jours, aussi du 24 au 26 juin, afin de protester contre la dégradation des conditions de travail des salariés. L'Italie se joindra aussi au mouvement le samedi 25 juin et la France en fera de même les 25 et 26 juin, après deux jours de grève la semaine passée ayant causé l'annulation de nombreux vols. Le dernier mouvement de grève organisé en avril avait provoqué l'annulation de près de 300 vols aux aéroports de Zaventem (Brussels Airport) et Charleroi (BSCA). (Belga)