Le taux d'occupation des hôtels bruxellois durant la semaine de Toussaint a atteint 56%, soit 13% de moins que l'année précédente, affirme BHA sur base d'un échantillon de plus de 15.000 chambres destinées au tourisme de loisirs. Un écart d'occupation demeure entre la semaine (52%, -18% par rapport à 2015) et le week-end (59%, -5%), constate l'association. Les fins de semaine ont davantage bénéficié d'une récente tendance à la hausse des séjours last minute, avance BHA. Les réservations faites plus à l'avance, elles, continuent à souffrir de la mauvaise image de Bruxelles, principalement en termes de sécurité. "Le secteur se trouve toujours dans une crise profonde", soulignent les hôteliers. Ceux-ci ont néanmoins l'espoir que cette tendance positive se poursuive pour la fin de l'année, grâce à plusieurs événements à dimension internationale, comme les expositions Picasso et Guggenheim, ainsi qu'aux Plaisirs d'Hiver. La Fédération Horeca Bruxelles est elle aussi préoccupée, puisqu'elle a de son côté constaté une baisse d'occupation de 18%, à 59%, des hôtels de la capitale sur les neuf premiers mois de 2016. Selon ses estimations provisoires, le taux était de 85% pour la première semaine de novembre, mais en grande partie grâce à la clientèle affaires et aux négociations sur le Ceta. Côté loisirs, elle a par contre recensé une baisse de 20 à 30% par rapport à la normale. Le grand retour des touristes dans la capitale n'aura pas lieu avant la fin de l'année 2017, selon Eric Catry, vice-président de la section hôtels de la Fédération Horeca Bruxelles. (Belga)