L'été dernier, Proximus et Orange ont annoncé leur volonté de collaborer pour partager leurs réseaux d'accès mobile. Un accord définitif doit être dégagé d'ici la fin de l'année. Cette coopération doit notamment aboutir à une meilleure couverture intérieure et, à l'avenir, à un déploiement plus rapide et plus large de la 5G. Peu après l'annonce du projet par Proximus et Orange, Telenet a partagé son souhait de négocier avec ses concurrents en vue d'une éventuelle participation dans cette co-entreprise. Mais cette coopération semble finalement peu probable, a confié jeudi Micha Berger. "Il y a eu des contacts mais je ne compterais pas trop dessus pour le moment." La société de télécommunications reste intéressée par une "coopération intelligente et durable avec trois partenaires", mais "je ne crois pas qu'il existe actuellement suffisamment de volonté des autres pour évoluer dans cette direction", a déclaré le CTO. Ensemble, Proximus et Orange détiennent 75% du marché des réseaux mobiles. "Injuste", selon Telenet. "Nous ne pensons pas que ce soit un bon équilibre, et le régulateur des télécommunications devrait en être conscient." Proximus et Orange s'étaient déclarés "ouverts à la discussion" sur la possible entrée de Telenet dans la co-entreprise, avant de remettre en cause sa faisabilité technique. Proximus et Orange font appel au géant chinois Huawei comme fournisseur d'équipements de réseau, tandis que Telenet utilise la technologie de l'entreprise ZTE. (Belga)