C'est Marian M. qui est entré le premier dans le magasin, où travaillaient trois membres du personnel. Il a brandi un club de golf en exigeant la caisse. Une employée, complètement paniquée, ne parvenait pas à appliquer ses ordres. L'homme a explosé la vitre d'un présentoir tout proche en annonçant à la victime que si elle ne se dépêchait pas, le prochain coup serait sur sa tête. Il l'a d'ailleurs frappée légèrement derrière l'oreille pour lui prouver qu'il ne plaisantait pas. Lorsque les policiers sont arrivés, la dame était en pleurs et tremblait. Elle portait les marques de ce coup et était tellement choquée qu'elle n'a pas pu être entendue ce jour-là. Les deux braqueurs ont été interceptés par la police alors qu'ils prenaient la fuite à bord de la voiture qui avait été décrite aux forces de l'ordre par des témoins. Lors de leur interception, ils étaient encore en possession du butin et du club de golf. Pour fixer la peine à quatre ans d'emprisonnement ferme, le jugement rendu mercredi souligne la particulière gravité des faits, l'agressivité dont les prévenus ont fait preuve lors de ce braquage commis en pleine journée, le traumatisme des victimes ainsi que les antécédents judiciaires de Marian M. et Adrian R. (Belga)

C'est Marian M. qui est entré le premier dans le magasin, où travaillaient trois membres du personnel. Il a brandi un club de golf en exigeant la caisse. Une employée, complètement paniquée, ne parvenait pas à appliquer ses ordres. L'homme a explosé la vitre d'un présentoir tout proche en annonçant à la victime que si elle ne se dépêchait pas, le prochain coup serait sur sa tête. Il l'a d'ailleurs frappée légèrement derrière l'oreille pour lui prouver qu'il ne plaisantait pas. Lorsque les policiers sont arrivés, la dame était en pleurs et tremblait. Elle portait les marques de ce coup et était tellement choquée qu'elle n'a pas pu être entendue ce jour-là. Les deux braqueurs ont été interceptés par la police alors qu'ils prenaient la fuite à bord de la voiture qui avait été décrite aux forces de l'ordre par des témoins. Lors de leur interception, ils étaient encore en possession du butin et du club de golf. Pour fixer la peine à quatre ans d'emprisonnement ferme, le jugement rendu mercredi souligne la particulière gravité des faits, l'agressivité dont les prévenus ont fait preuve lors de ce braquage commis en pleine journée, le traumatisme des victimes ainsi que les antécédents judiciaires de Marian M. et Adrian R. (Belga)