Les entreprises de transport reçoivent trois factures par camion, ce qui équivaut pour certaines à plusieurs dizaines de documents comptables, regrette l'UPTR. Pourtant, les conditions générales de Satellic, prestataire privé qui gère le système de prélèvement au kilomètre, prévoyaient la possibilité d'opter pour une facturation combinée, indique l'UPTR. "Or ce n'est pas prévu par le système informatique", regrette Michael Reul, secrétaire général de l'UPTR. "C'est la preuve que le système n'était pas prêt au 1er avril. Nous rencontrons problème sur problème." L'UPTR demande aussi que des amendes de 1.000 euros reçues par des transporteurs soient remboursées. Certaines d'entre elles seraient liées à des manquements de Satellic lui-même (livraison tardive du boîtier OBU, défaillances informatiques, etc.). Par ailleurs, l'union professionnelle demande à Viapass, l'entité interrégionale chargée d'encadrer le prélèvement kilométrique, de jouer son rôle de "gendarme du système". (Belga)

Les entreprises de transport reçoivent trois factures par camion, ce qui équivaut pour certaines à plusieurs dizaines de documents comptables, regrette l'UPTR. Pourtant, les conditions générales de Satellic, prestataire privé qui gère le système de prélèvement au kilomètre, prévoyaient la possibilité d'opter pour une facturation combinée, indique l'UPTR. "Or ce n'est pas prévu par le système informatique", regrette Michael Reul, secrétaire général de l'UPTR. "C'est la preuve que le système n'était pas prêt au 1er avril. Nous rencontrons problème sur problème." L'UPTR demande aussi que des amendes de 1.000 euros reçues par des transporteurs soient remboursées. Certaines d'entre elles seraient liées à des manquements de Satellic lui-même (livraison tardive du boîtier OBU, défaillances informatiques, etc.). Par ailleurs, l'union professionnelle demande à Viapass, l'entité interrégionale chargée d'encadrer le prélèvement kilométrique, de jouer son rôle de "gendarme du système". (Belga)