La FEB explique avoir entamé cette démarche car "des collègues transporteurs et leurs fédérations professionnelles ne cautionnent pas ces actions ainsi que les conséquences disproportionnées que celles-ci commencent à engendrer". Malgré des appels répétés à lever les barrages routiers, certains chauffeurs poursuivent leurs actions, regrette encore la fédération patronale. Ces actions sont menées essentiellement en Wallonie, depuis l'entrée en vigueur de la redevance kilométrique, le 1er avril. Elles consistent en l'installation de barrages, filtrants ou non, en divers noeuds routiers ou autoroutiers du sud du pays. Le blocage d'accès à des zonings ou centres logistiques a également été organisé par des camionneurs mécontents de l'entrée en vigueur de la redevance kilométrique et des nombreux couacs techniques qui l'accompagnent. "La taxe kilométrique, telle qu'elle a été introduite, n'est certes pas la mesure idéale, mais ce n'est pas avec les moyens d'action actuels qu'on arrivera à une solution", conclut la FEB, qui lance un nouvel appel "aux responsables individuels de ces actions à cesser leurs blocages et à s'assoir autour de la table en vue d'élaborer une solution commune." (Belga)

La FEB explique avoir entamé cette démarche car "des collègues transporteurs et leurs fédérations professionnelles ne cautionnent pas ces actions ainsi que les conséquences disproportionnées que celles-ci commencent à engendrer". Malgré des appels répétés à lever les barrages routiers, certains chauffeurs poursuivent leurs actions, regrette encore la fédération patronale. Ces actions sont menées essentiellement en Wallonie, depuis l'entrée en vigueur de la redevance kilométrique, le 1er avril. Elles consistent en l'installation de barrages, filtrants ou non, en divers noeuds routiers ou autoroutiers du sud du pays. Le blocage d'accès à des zonings ou centres logistiques a également été organisé par des camionneurs mécontents de l'entrée en vigueur de la redevance kilométrique et des nombreux couacs techniques qui l'accompagnent. "La taxe kilométrique, telle qu'elle a été introduite, n'est certes pas la mesure idéale, mais ce n'est pas avec les moyens d'action actuels qu'on arrivera à une solution", conclut la FEB, qui lance un nouvel appel "aux responsables individuels de ces actions à cesser leurs blocages et à s'assoir autour de la table en vue d'élaborer une solution commune." (Belga)