La CRC est constituée de l'Institut belge des postes et des télécommunications (IBPT) et des trois régulateurs médias communautaires CSA, Medienrat et VRM. Il y a deux ans, elle a obligé les câblo-opérateurs Telenet, Brutélé et Voo à ouvrir leurs réseaux à des opérateurs concurrents et à pratiquer des prix équitables pour les tarifs de gros qu'ils proposent à ces derniers afin de faire jouer la concurrence au profit des utilisateurs. Dans la pratique, seul Orange "loue" effectivement ces infrastructures pour proposer une offre internet et/ou TV numérique. Depuis lors, les régulateurs ont suivi toute une procédure de consultation publique et de soumission de leur projet de décision à la Commission européenne. Le processus a pris fin mercredi avec la publication des nouveaux tarifs de gros. Selon la CRC, par rapport aux prix en vigueur actuellement, ceux pour un accès internet à 100 Mbps ou 200 Mbps (tant seul qu'avec une offre TV) diminueront dans la majorité des cas. Les prix iront également à la baisse pour une série d'autres vitesses, ce qui ouvre aux opérateurs alternatifs l'opportunité d'élargir leur portefeuille de produits vers le haut de gamme et les clients professionnels, commentent les régulateurs. Les prix évoluent néanmoins à la hausse entre 2020 et 2023 compte tenu de la croissance attendue de l'usage, qui nécessite de continuer à investir pour augmenter la capacité des réseaux, justifient-ils. Chez Brutélé et Telenet, les prix d'accès pour des vitesses jusqu'à 300 Mbps demeurent dans la majorité des cas, et sur l'entièreté de la période, inférieurs à ceux en vigueur actuellement, détaille la CRC, qui n'évoque pas le cas de Voo dans son communiqué. Les nouveaux tarifs entreront en vigueur le 1er juillet 2020 et ont été déterminés pour chaque année jusqu'en 2023. Les régulateurs se disent convaincus que ces prix assureront une concurrence saine et durable pour des services "qui sont plus que jamais cruciaux pour les relations sociales, l'éducation et la vie économique de notre pays". (Belga)

La CRC est constituée de l'Institut belge des postes et des télécommunications (IBPT) et des trois régulateurs médias communautaires CSA, Medienrat et VRM. Il y a deux ans, elle a obligé les câblo-opérateurs Telenet, Brutélé et Voo à ouvrir leurs réseaux à des opérateurs concurrents et à pratiquer des prix équitables pour les tarifs de gros qu'ils proposent à ces derniers afin de faire jouer la concurrence au profit des utilisateurs. Dans la pratique, seul Orange "loue" effectivement ces infrastructures pour proposer une offre internet et/ou TV numérique. Depuis lors, les régulateurs ont suivi toute une procédure de consultation publique et de soumission de leur projet de décision à la Commission européenne. Le processus a pris fin mercredi avec la publication des nouveaux tarifs de gros. Selon la CRC, par rapport aux prix en vigueur actuellement, ceux pour un accès internet à 100 Mbps ou 200 Mbps (tant seul qu'avec une offre TV) diminueront dans la majorité des cas. Les prix iront également à la baisse pour une série d'autres vitesses, ce qui ouvre aux opérateurs alternatifs l'opportunité d'élargir leur portefeuille de produits vers le haut de gamme et les clients professionnels, commentent les régulateurs. Les prix évoluent néanmoins à la hausse entre 2020 et 2023 compte tenu de la croissance attendue de l'usage, qui nécessite de continuer à investir pour augmenter la capacité des réseaux, justifient-ils. Chez Brutélé et Telenet, les prix d'accès pour des vitesses jusqu'à 300 Mbps demeurent dans la majorité des cas, et sur l'entièreté de la période, inférieurs à ceux en vigueur actuellement, détaille la CRC, qui n'évoque pas le cas de Voo dans son communiqué. Les nouveaux tarifs entreront en vigueur le 1er juillet 2020 et ont été déterminés pour chaque année jusqu'en 2023. Les régulateurs se disent convaincus que ces prix assureront une concurrence saine et durable pour des services "qui sont plus que jamais cruciaux pour les relations sociales, l'éducation et la vie économique de notre pays". (Belga)