D'ici 2020, Heineken va répartir ses activités en trois divisions: une organisation commerciale pour le marché du cidre et de la bière, une branche consacrée à la distribution internationale et une entité pour les sodas et eaux.

Les trois divisions continueront à collaborer mais recevront chacune une direction et une équipe commerciale propres.

L'intervention entraînera la perte de plusieurs dizaines de postes, mais le groupe annonce également des engagements, outre les candidatures actuellement ouvertes.

Le syndicat FNV déplore ce plan de transformation, non fondé et indigne de la maison Heineken, selon les mots du responsable Jet Grimbergen. Le CNV, de son côté, estime qu'outre les personnes licenciées, quelque 800 travailleurs pourraient devoir déménager en raison de la réorganisation.

Heineken détient notamment le groupe belge Alken-Maes et les cidres Stassen.

D'ici 2020, Heineken va répartir ses activités en trois divisions: une organisation commerciale pour le marché du cidre et de la bière, une branche consacrée à la distribution internationale et une entité pour les sodas et eaux. Les trois divisions continueront à collaborer mais recevront chacune une direction et une équipe commerciale propres. L'intervention entraînera la perte de plusieurs dizaines de postes, mais le groupe annonce également des engagements, outre les candidatures actuellement ouvertes. Le syndicat FNV déplore ce plan de transformation, non fondé et indigne de la maison Heineken, selon les mots du responsable Jet Grimbergen. Le CNV, de son côté, estime qu'outre les personnes licenciées, quelque 800 travailleurs pourraient devoir déménager en raison de la réorganisation. Heineken détient notamment le groupe belge Alken-Maes et les cidres Stassen.