Le bénéfice opérationnel s'est lui envolé de 267% à 712,7 milliards de yens, pour un chiffre d'affaires en hausse de 15,7% à 6.592,96 milliards de yens.

Sur l'ensemble de l'exercice qui s'achèvera fin mars, Sony vise désormais un bénéfice net record de 480 milliards de yens (multiplié par plus de six par rapport à 2016/17), au lieu de 380 milliards escomptés fin octobre.

Son bénéfice d'exploitation est attendu à 720 milliards de yens (au lieu de 630 milliards), soit un bond de 150% sur un an, et le chiffre d'affaires est attendu à 8.500 milliards de yens (+11,8%).

Sony profite d'une base de comparaison favorable: il avait pâti un an plus tôt de dépréciations d'actifs et de charges découlant de dégâts dans une usine de capteurs après une série de séismes dans le sud-ouest du Japon.

Le groupe invoque également de moindres charges fiscales du fait de la récente réforme américaine des impôts.

Sony, qui a retrouvé le chemin de la croissance après de douloureuses restructurations, peut en outre s'appuyer sur de meilleures ventes qu'anticipé initialement dans sa division musique, portée par les plateformes de streaming, ainsi que dans les services financiers.

Sony a en revanche revu à la baisse ses estimations de recettes issues des jeux vidéo en raison du décalage des dates de sortie de certains titres. Il explique aussi ce changement par le lancement d'offres promotionnelles sur ses consoles de salon PlayStation 4 (PS4) pendant les fêtes.

De même, dans les semi-conducteurs, il s'attend à un chiffre d'affaires moindre que prévu dans les capteurs d'images pour produits mobiles.

Le bénéfice opérationnel s'est lui envolé de 267% à 712,7 milliards de yens, pour un chiffre d'affaires en hausse de 15,7% à 6.592,96 milliards de yens. Sur l'ensemble de l'exercice qui s'achèvera fin mars, Sony vise désormais un bénéfice net record de 480 milliards de yens (multiplié par plus de six par rapport à 2016/17), au lieu de 380 milliards escomptés fin octobre. Son bénéfice d'exploitation est attendu à 720 milliards de yens (au lieu de 630 milliards), soit un bond de 150% sur un an, et le chiffre d'affaires est attendu à 8.500 milliards de yens (+11,8%). Sony profite d'une base de comparaison favorable: il avait pâti un an plus tôt de dépréciations d'actifs et de charges découlant de dégâts dans une usine de capteurs après une série de séismes dans le sud-ouest du Japon. Le groupe invoque également de moindres charges fiscales du fait de la récente réforme américaine des impôts. Sony, qui a retrouvé le chemin de la croissance après de douloureuses restructurations, peut en outre s'appuyer sur de meilleures ventes qu'anticipé initialement dans sa division musique, portée par les plateformes de streaming, ainsi que dans les services financiers. Sony a en revanche revu à la baisse ses estimations de recettes issues des jeux vidéo en raison du décalage des dates de sortie de certains titres. Il explique aussi ce changement par le lancement d'offres promotionnelles sur ses consoles de salon PlayStation 4 (PS4) pendant les fêtes. De même, dans les semi-conducteurs, il s'attend à un chiffre d'affaires moindre que prévu dans les capteurs d'images pour produits mobiles.