Le groupe chimique est présent en Chine depuis une quarantaine d'années, il y dispose de 11 sites de production et y a installé un premier centre de recherche & développement en 1997. Celui-ci va sous peu être agrandi d'un quart, soit de 4.000 mètres carrés pour accueillir 50 nouveaux chercheurs, qui s'ajouteront aux 160 déjà actifs. Au total, Solvay emploie un peu plus de 2.500 personnes dans l'Empire du Milieu.

Au cours des 10 dernières années, 80 brevets ont été déposés depuis le labo shanghaïen. Les nouvelles recherches qui y sont menées se concentrent principalement sur les aspects "durables", comme la succession des batteries au lithium. Pour relever le défi, Solvay noue des partenariats avec des universités, notamment françaises et chinoises. "Nous travaillons pour passer d'une idée simple à une application concrète. Les collaborations avec des institutions académiques nous permettent de combiner la flexibilité et l'innovation", explique Stephane Streiff, à la tête du labo.

La durabilité fait partie intégrante de la stratégie de Solvay et s'inscrit également dans les objectifs officiels du gouvernement chinois à long terme. "La Chine a désormais la plus grande flotte de voitures électriques au monde", appuie la CEO Ilham Kadri. "Elle met les standards toujours plus haut, notamment en ce qui concerne la mobilité mais aussi en termes de traitement de l'air et de l'eau." Selon elle, si l'Europe est pionnière dans la chimie propre, celle-ci se développe bien plus rapidement en Chine.

Le groupe chimique est présent en Chine depuis une quarantaine d'années, il y dispose de 11 sites de production et y a installé un premier centre de recherche & développement en 1997. Celui-ci va sous peu être agrandi d'un quart, soit de 4.000 mètres carrés pour accueillir 50 nouveaux chercheurs, qui s'ajouteront aux 160 déjà actifs. Au total, Solvay emploie un peu plus de 2.500 personnes dans l'Empire du Milieu. Au cours des 10 dernières années, 80 brevets ont été déposés depuis le labo shanghaïen. Les nouvelles recherches qui y sont menées se concentrent principalement sur les aspects "durables", comme la succession des batteries au lithium. Pour relever le défi, Solvay noue des partenariats avec des universités, notamment françaises et chinoises. "Nous travaillons pour passer d'une idée simple à une application concrète. Les collaborations avec des institutions académiques nous permettent de combiner la flexibilité et l'innovation", explique Stephane Streiff, à la tête du labo. La durabilité fait partie intégrante de la stratégie de Solvay et s'inscrit également dans les objectifs officiels du gouvernement chinois à long terme. "La Chine a désormais la plus grande flotte de voitures électriques au monde", appuie la CEO Ilham Kadri. "Elle met les standards toujours plus haut, notamment en ce qui concerne la mobilité mais aussi en termes de traitement de l'air et de l'eau." Selon elle, si l'Europe est pionnière dans la chimie propre, celle-ci se développe bien plus rapidement en Chine.