L'Awex en est déjà à son 3e CES. D'année en année, elle emmène davantage d'entreprises dans la capitale américaine du jeu. De 14 en 2018 à 16 aujourd'hui. Depuis lors, la localisation de ses stands est d'ailleurs bien meilleure. Les start-ups wallonnes exposent par exemple leur produit et leur savoir-faire juste à côté de la French Tech, soit leurs homologues françaises, qui attirent énormément de monde, se félicite-t-on au sein de l'Agence. Celle-ci a d'ailleurs d'ores et déjà resigné pour 2021. "L'idée est que l'on continue comme cela plusieurs années encore. Il y a une vraie demande en la matière en Wallonie, et ce depuis quelques temps déjà", constate Guy-François Vanpaesschen, expert en nouvelles technologies au sein de l'Awex. Mais cette présence a un coût: 175.000 euros. "Tous les salons technologiques sont très très chers. C'est le prix à payer et c'est un choix qu'a fait la Région wallonne au travers de sa stratégie Digital Wallonie, pour laquelle l'Agence est le bras armé à l'international. Elle a décidé de mettre les moyens pour internationaliser les entreprises numériques. Nous sommes d'ailleurs totalement soutenus par notre ministre de tutelle Willy Borsus", se félicite ainsi le responsable de l'Awex. L'Agence organise une vingtaine d'actions par an dans le secteur du numérique et tente dès lors d'être présente à tous les grands événements internationaux en la matière, comme le Mobile World Congress à Barcelone, la Gamescom à Cologne ou la Game Developers Conference à San Francisco. "Il nous semble pertinent et important pour nos entreprises d'être ici à Las Vegas. C'est même incontournable", affirme Guy-François Vanpaesschen, constatant une nouvelle fois, sans la critiquer, l'absence des agences régionales bruxelloise et flamande pour le commerce. "Les plus gros investisseurs et les plus grandes entreprises au monde sont là. La visibilité pour notre savoir-faire est donc très importante." Des contrats ont d'ailleurs été signés par certaines PME et start-ups avec des sociétés chinoises ou américaines après les deux derniers CES. "Le bilan des deux premières participations a été très positif. Le jeu en vaut donc tout à fait la chandelle", conclut le responsable de l'Awex. (Belga)

L'Awex en est déjà à son 3e CES. D'année en année, elle emmène davantage d'entreprises dans la capitale américaine du jeu. De 14 en 2018 à 16 aujourd'hui. Depuis lors, la localisation de ses stands est d'ailleurs bien meilleure. Les start-ups wallonnes exposent par exemple leur produit et leur savoir-faire juste à côté de la French Tech, soit leurs homologues françaises, qui attirent énormément de monde, se félicite-t-on au sein de l'Agence. Celle-ci a d'ailleurs d'ores et déjà resigné pour 2021. "L'idée est que l'on continue comme cela plusieurs années encore. Il y a une vraie demande en la matière en Wallonie, et ce depuis quelques temps déjà", constate Guy-François Vanpaesschen, expert en nouvelles technologies au sein de l'Awex. Mais cette présence a un coût: 175.000 euros. "Tous les salons technologiques sont très très chers. C'est le prix à payer et c'est un choix qu'a fait la Région wallonne au travers de sa stratégie Digital Wallonie, pour laquelle l'Agence est le bras armé à l'international. Elle a décidé de mettre les moyens pour internationaliser les entreprises numériques. Nous sommes d'ailleurs totalement soutenus par notre ministre de tutelle Willy Borsus", se félicite ainsi le responsable de l'Awex. L'Agence organise une vingtaine d'actions par an dans le secteur du numérique et tente dès lors d'être présente à tous les grands événements internationaux en la matière, comme le Mobile World Congress à Barcelone, la Gamescom à Cologne ou la Game Developers Conference à San Francisco. "Il nous semble pertinent et important pour nos entreprises d'être ici à Las Vegas. C'est même incontournable", affirme Guy-François Vanpaesschen, constatant une nouvelle fois, sans la critiquer, l'absence des agences régionales bruxelloise et flamande pour le commerce. "Les plus gros investisseurs et les plus grandes entreprises au monde sont là. La visibilité pour notre savoir-faire est donc très importante." Des contrats ont d'ailleurs été signés par certaines PME et start-ups avec des sociétés chinoises ou américaines après les deux derniers CES. "Le bilan des deux premières participations a été très positif. Le jeu en vaut donc tout à fait la chandelle", conclut le responsable de l'Awex. (Belga)