"L'Ukraine a demandé à ses créanciers étrangers de différer de 24 mois les paiements sur l'ensemble de la dette extérieure", a souligné S&P dans un communiqué. "Suite à cette demande, nous pensons qu'un défaut sur la dette souveraine en devises étrangères est une quasi-certitude", précise l'agence de notation. Un groupe de créanciers occidentaux, dont la France, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni, a donné son accord le 20 juillet à un report du paiement d'intérêts sur la dette ukrainienne après une requête de Kiev, exhortant les autres détenteurs d'obligations ukrainiennes à en faire de même. La notation a été assortie d'une perspective négative, reflétant "notre opinion selon laquelle l'Ukraine est susceptible de mettre en oeuvre ses plans de restructuration de la dette, que nous considérons comme un défaut", ajoute S&P. L'agence avait déjà abaissé la note de l'Ukraine le 27 mai, à CCC+ avait perspective négative également, en raison "des retombées plus importantes de l'attaque militaire russe", et avait expliqué s'attendre "à ce que le conflit militaire russo-ukrainien se prolonge". (Belga)

"L'Ukraine a demandé à ses créanciers étrangers de différer de 24 mois les paiements sur l'ensemble de la dette extérieure", a souligné S&P dans un communiqué. "Suite à cette demande, nous pensons qu'un défaut sur la dette souveraine en devises étrangères est une quasi-certitude", précise l'agence de notation. Un groupe de créanciers occidentaux, dont la France, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni, a donné son accord le 20 juillet à un report du paiement d'intérêts sur la dette ukrainienne après une requête de Kiev, exhortant les autres détenteurs d'obligations ukrainiennes à en faire de même. La notation a été assortie d'une perspective négative, reflétant "notre opinion selon laquelle l'Ukraine est susceptible de mettre en oeuvre ses plans de restructuration de la dette, que nous considérons comme un défaut", ajoute S&P. L'agence avait déjà abaissé la note de l'Ukraine le 27 mai, à CCC+ avait perspective négative également, en raison "des retombées plus importantes de l'attaque militaire russe", et avait expliqué s'attendre "à ce que le conflit militaire russo-ukrainien se prolonge". (Belga)