Ces entreprises commerciales ont dû, en effet, s'adapter rapidement. La situation est inédite, inquiétante. Les entreprises doivent aujourd'hui prendre des décisions qu'elles n'auraient prises en temps normal que dans un an. Les semaines écoulées ont été pour le moins chaotiques : pour la santé et le bien-être des collaborateurs, il faut dorénavant travailler à distance, du moins si le boulot le permet. Impossible de recevoir des clients. Il faut envisager de nouvelles méthodes de livraison et créer de nouvelles possibilités de commande en ligne. Implémenter tout cela sans ouvrir la porte aux cybercriminels et autres menaces de sécurité informatique requiert une énorme souplesse des entreprises, du personnel, des fournisseurs et des clients.

Mais pas question d'être trop exigeant envers soi-même : tout ne peut être parfait du premier coup. Établissez une liste de priorités, qui puissent être adaptées rapidement et évoluer en fonction des besoins. À partir de cela, de nouveaux procédés doivent être cartographiés et standardisés. Un bon conseil : privilégiez la simplicité. Mais par-dessus tout, la sécurité. Celle de vos collaborateurs, la vôtre, et celle des applications et des données de votre entreprise.

Avec ou sans soutien public, certains secteurs doivent, pour ne pas disparaître, se réinventer. Qui sera le plus à même à s'adapter à cette situation déconcertante ? Nous ne le saurons vraiment que lorsque la crise sera définitivement passée. Qui la surmontera sans casse ? Et dans quelle mesure les modèles d'entreprise auront-ils changé ?

Si l'adaptation est impérative, n'oubliez pas non plus de porter votre regard au loin, à l'autre extrémité de la crise, pour anticiper lorsque la vie reprendra son cours normal. Quelles adaptations semblent être plus favorables que nous ne l'avions imaginé ? Ces pauses café virtuelles, à distance, ne sont peut-être pas si néfastes que ça. Le télétravail n'allège-t-il pas le stress quotidien de certains, en particulier ceux englués dans les embarras de circulation ? Dans certaines entreprises, l'accès à toutes les applications à distance était sans doute déjà prévu. La crise n'a fait qu'accélérer ce processus. A-t-elle aussi contribué à forcer son adoption ?

Éviter la paralysie

Faisons preuve d'une grande flexibilité face aux événements. Mais il ne faudrait pas être paralysé par la nouvelle situation. S'adapter, c'est un processus évolutif, et non quelque chose auquel on consent pour ensuite ne plus bouger d'un pouce. Les solutions trouvées aujourd'hui pour permettre le travail à distance ne doivent pas nous enfermer dans une technologie ou un mode de travail déterminés, qui n'évolueraient plus. Car n'existe-t-il pas de meilleure solution implémentable à long terme ? Il faut rester agile, car la situation continuera certainement d'évoluer. Et d'autres crises de déferler.

Si l'adaptation est impérative, n'oubliez pas non plus de porter votre regard au loin, à l'autre extrémité de la crise, pour anticiper lorsque la vie reprendra son cours normal.

Le changement est la seule constante. Transformer le lieu de travail en un poste de travail numérique, basé sur des applications logicielles, est pour les entreprises la seule façon de conserver cette souplesse. Car les applications qui permettent un tel poste de travail numérique sont par définition en évolution perpétuelle, sans même que les collaborateurs en prennent conscience. Après le chaos des premiers jours, nous devons désormais consacrer notre attention à ce changement. Il nous faut en permanence nous adapter aux nouvelles circonstances, et nos applications professionnelles doivent également le permettre. Elles ne peuvent nous empêcher d'évoluer rapidement.

Dans cet exercice, n'oubliez pas le chômage économique. Pour nombre de sociétés, les travailleurs à distance ne forment qu'une partie du personnel. Ceux empêchés de travailler doivent être maintenus dans la vie de l'entreprise. Dans ce cas aussi, les ressources numériques peuvent intervenir pour conserver l'esprit d'équipe. Et lorsque des sites de production ouvriront de nouveau leurs portes, ce sera peut-être une opportunité d'en équiper les travailleurs d'applications numériques. Les sites opérationnels étant pour l'instant à l'arrêt, c'est le moment ou jamais de s'y préparer. Le reste de l'année, il manque toujours de temps. Transformer de telles applications a un trop gros impact sur les tâches quotidiennes.

On le voit, les défis sont immenses pour les entreprises. Donner à vos collaborateurs une sensation de continuité s'avère presque aussi important que de veiller sur leur santé et leur bien-être. Les entreprises recherchent des façons de maintenir les deux en équilibre, et en plus vient s'ajouter à l'avant-plan le télétravail. Les temps sont incertains pour chacun. C'est justement la raison pour laquelle il est important de poser les fondements pour le futur, tant pour les prochains mois et semaines qui seront encore sous l'emprise du coronavirus et du Covid-19 que pour la période de normalisation qui s'ensuivra. "Après la pluie vient le beau temps", dit-on. Je me plais à ajouter : "Le beau temps viendra toujours plus vite si l'on y est préparé."

Portez-vous bien !

Ces entreprises commerciales ont dû, en effet, s'adapter rapidement. La situation est inédite, inquiétante. Les entreprises doivent aujourd'hui prendre des décisions qu'elles n'auraient prises en temps normal que dans un an. Les semaines écoulées ont été pour le moins chaotiques : pour la santé et le bien-être des collaborateurs, il faut dorénavant travailler à distance, du moins si le boulot le permet. Impossible de recevoir des clients. Il faut envisager de nouvelles méthodes de livraison et créer de nouvelles possibilités de commande en ligne. Implémenter tout cela sans ouvrir la porte aux cybercriminels et autres menaces de sécurité informatique requiert une énorme souplesse des entreprises, du personnel, des fournisseurs et des clients. Mais pas question d'être trop exigeant envers soi-même : tout ne peut être parfait du premier coup. Établissez une liste de priorités, qui puissent être adaptées rapidement et évoluer en fonction des besoins. À partir de cela, de nouveaux procédés doivent être cartographiés et standardisés. Un bon conseil : privilégiez la simplicité. Mais par-dessus tout, la sécurité. Celle de vos collaborateurs, la vôtre, et celle des applications et des données de votre entreprise.Avec ou sans soutien public, certains secteurs doivent, pour ne pas disparaître, se réinventer. Qui sera le plus à même à s'adapter à cette situation déconcertante ? Nous ne le saurons vraiment que lorsque la crise sera définitivement passée. Qui la surmontera sans casse ? Et dans quelle mesure les modèles d'entreprise auront-ils changé ?Si l'adaptation est impérative, n'oubliez pas non plus de porter votre regard au loin, à l'autre extrémité de la crise, pour anticiper lorsque la vie reprendra son cours normal. Quelles adaptations semblent être plus favorables que nous ne l'avions imaginé ? Ces pauses café virtuelles, à distance, ne sont peut-être pas si néfastes que ça. Le télétravail n'allège-t-il pas le stress quotidien de certains, en particulier ceux englués dans les embarras de circulation ? Dans certaines entreprises, l'accès à toutes les applications à distance était sans doute déjà prévu. La crise n'a fait qu'accélérer ce processus. A-t-elle aussi contribué à forcer son adoption ?Éviter la paralysieFaisons preuve d'une grande flexibilité face aux événements. Mais il ne faudrait pas être paralysé par la nouvelle situation. S'adapter, c'est un processus évolutif, et non quelque chose auquel on consent pour ensuite ne plus bouger d'un pouce. Les solutions trouvées aujourd'hui pour permettre le travail à distance ne doivent pas nous enfermer dans une technologie ou un mode de travail déterminés, qui n'évolueraient plus. Car n'existe-t-il pas de meilleure solution implémentable à long terme ? Il faut rester agile, car la situation continuera certainement d'évoluer. Et d'autres crises de déferler.Le changement est la seule constante. Transformer le lieu de travail en un poste de travail numérique, basé sur des applications logicielles, est pour les entreprises la seule façon de conserver cette souplesse. Car les applications qui permettent un tel poste de travail numérique sont par définition en évolution perpétuelle, sans même que les collaborateurs en prennent conscience. Après le chaos des premiers jours, nous devons désormais consacrer notre attention à ce changement. Il nous faut en permanence nous adapter aux nouvelles circonstances, et nos applications professionnelles doivent également le permettre. Elles ne peuvent nous empêcher d'évoluer rapidement.Dans cet exercice, n'oubliez pas le chômage économique. Pour nombre de sociétés, les travailleurs à distance ne forment qu'une partie du personnel. Ceux empêchés de travailler doivent être maintenus dans la vie de l'entreprise. Dans ce cas aussi, les ressources numériques peuvent intervenir pour conserver l'esprit d'équipe. Et lorsque des sites de production ouvriront de nouveau leurs portes, ce sera peut-être une opportunité d'en équiper les travailleurs d'applications numériques. Les sites opérationnels étant pour l'instant à l'arrêt, c'est le moment ou jamais de s'y préparer. Le reste de l'année, il manque toujours de temps. Transformer de telles applications a un trop gros impact sur les tâches quotidiennes.On le voit, les défis sont immenses pour les entreprises. Donner à vos collaborateurs une sensation de continuité s'avère presque aussi important que de veiller sur leur santé et leur bien-être. Les entreprises recherchent des façons de maintenir les deux en équilibre, et en plus vient s'ajouter à l'avant-plan le télétravail. Les temps sont incertains pour chacun. C'est justement la raison pour laquelle il est important de poser les fondements pour le futur, tant pour les prochains mois et semaines qui seront encore sous l'emprise du coronavirus et du Covid-19 que pour la période de normalisation qui s'ensuivra. "Après la pluie vient le beau temps", dit-on. Je me plais à ajouter : "Le beau temps viendra toujours plus vite si l'on y est préparé."Portez-vous bien !