Fin juillet, la compagnie irlandaise à bas coûts avait déjà fait part de sa volonté de supprimer des centaines d'emplois dans les mois à venir, en raison notamment des risques liés au Brexit et des problèmes rencontrés par le Boeing 737 MAX.

Ryanair entend en outre fermer, au début de l'année prochaine, deux bases sur les Iles Canaries ainsi que celle de Gérone, a indiqué mercredi le syndicat espagnol SITCPLA. Une grève devrait être organisée en septembre à une date qui reste à déterminer.

Au Portugal, c'est la base de Faro qui est menacée, selon le syndicat SNPVAC qui a déjà annoncé une grève du 21 au 25 août.

La compagnie irlandaise pourrait également être confrontée à des mouvements sociaux en Grande-Bretagne et en Irlande où les pilotes réclament des hausses de salaires.

La Belgique n'est pas en reste, malgré les CCT conclues entre la direction et les syndicats. "Appliquer le droit du travail local, c'est plus qu'une CCT. Ryanair n'a par exemple pas de règlement de travail local, pas d'assurance contre les accidents de travail et pas de service de prévention", avait ainsi récemment pointé Hans Elsen (ACV-PULS).