Ces pertes, si elles devaient se confirmer, seraient similaires à celles du secteur minier britannique dans les années 80. Les compagnies aériennes ont été jusqu'à présent les principaux bénéficiaires du secteur à recevoir une aide de l'Etat.

British Airways, easyJet et Ryanair ont pu emprunter 1,5 milliard de livres et ont dû mettre au chômage temporaire plus de 25.000 personnes.

Les mesures de quarantaine instituées pour les passagers à l'arrivée au Royaume-Uni, la demande en berne en raison des risques sanitaires du Covid-19 et le peu de perspectives d'une reprise rapide sont autant d'éléments qui incitent les compagnies à licencier cette année.

Selon l'étude, 70.000 emplois dans l'industrie sont menacés ces trois prochains mois dont 39.000 directement dans l'aviation. Les autres emplois menacés font partie de l'industrie au sens large comme l'ingénierie, le catering ou encore les magasins de duty free.

Ces pertes, si elles devaient se confirmer, seraient similaires à celles du secteur minier britannique dans les années 80. Les compagnies aériennes ont été jusqu'à présent les principaux bénéficiaires du secteur à recevoir une aide de l'Etat. British Airways, easyJet et Ryanair ont pu emprunter 1,5 milliard de livres et ont dû mettre au chômage temporaire plus de 25.000 personnes. Les mesures de quarantaine instituées pour les passagers à l'arrivée au Royaume-Uni, la demande en berne en raison des risques sanitaires du Covid-19 et le peu de perspectives d'une reprise rapide sont autant d'éléments qui incitent les compagnies à licencier cette année. Selon l'étude, 70.000 emplois dans l'industrie sont menacés ces trois prochains mois dont 39.000 directement dans l'aviation. Les autres emplois menacés font partie de l'industrie au sens large comme l'ingénierie, le catering ou encore les magasins de duty free.