"Le Conseil d'administration déplore ce qui s'est passé", communique Belgocontrol lundi soir. "Nous sommes conscients des désagréments et des nuisances que cet incident a causés pour les passagers, les compagnies aériennes et nos clients".

Au lendemain de la panne, le représentant officiel des compagnies aériennes, l'Airline operators committee (AOC), avait estimé que l'incident, causé par un générateur diesel non raccordé à la terre, avait d'ores et déjà coûté au moins 2,5 millions d'euros aux compagnies aériennes actives à Brussels Airport.

"Dans des circonstances difficiles, Belgocontrol a réussi à assurer sa mission prioritaire: garantir la sécurité du trafic aérien", se félicite malgré tout l'instance de contrôle du ciel belge, lundi. "Les services de Belgocontrol ont (...) tout mis en oeuvre pour trouver des solutions afin de pouvoir reprendre les activités au plus vite".

Pour "tirer les enseignements de ce qui s'est passé" et "continuer à garantir la sécurité du trafic aérien de façon optimale", une feuille de route a été élaborée. Selon le porte-parole de Belgocontrol, elle rassemblerait les actions à mener pour, notamment, revoir des procédures et vérifier des installations, mais le détail de cette feuille de route n'a pas été divulgué.

"Le Conseil d'administration déplore ce qui s'est passé", communique Belgocontrol lundi soir. "Nous sommes conscients des désagréments et des nuisances que cet incident a causés pour les passagers, les compagnies aériennes et nos clients". Au lendemain de la panne, le représentant officiel des compagnies aériennes, l'Airline operators committee (AOC), avait estimé que l'incident, causé par un générateur diesel non raccordé à la terre, avait d'ores et déjà coûté au moins 2,5 millions d'euros aux compagnies aériennes actives à Brussels Airport. "Dans des circonstances difficiles, Belgocontrol a réussi à assurer sa mission prioritaire: garantir la sécurité du trafic aérien", se félicite malgré tout l'instance de contrôle du ciel belge, lundi. "Les services de Belgocontrol ont (...) tout mis en oeuvre pour trouver des solutions afin de pouvoir reprendre les activités au plus vite". Pour "tirer les enseignements de ce qui s'est passé" et "continuer à garantir la sécurité du trafic aérien de façon optimale", une feuille de route a été élaborée. Selon le porte-parole de Belgocontrol, elle rassemblerait les actions à mener pour, notamment, revoir des procédures et vérifier des installations, mais le détail de cette feuille de route n'a pas été divulgué.