A l'origine, il était question de la suppression de 100 à 120 emplois en Belgique, dans le cadre d'un plan de restructuration mondial au sein de la marque suédoise d'ameublement. Ce sont le siège principal et la division des ressources humaines des différents magasins qui seront les plus touchés. Les négociations ont permis d'affiner ce chiffre à 115. Mais 106 nouvelles fonctions seront créées dans le même temps. Ikea souhaite centraliser la gestion de son personnel au sein d'un nouveau centre de services à Zaventem. La proposition de la direction, qui est le fruit de mois de négociations, contient les modalités concrètes pour ceux qui quitteront l'entreprise mais aussi les procédures selon lesquelles les personnes dont l'emploi est menacé pourront postuler pour les nouvelles fonctions. Les syndicats soulignent qu'il s'agit là d'un texte émanant de la direction et non d'un préaccord entre celle-ci et les représentants des travailleurs. (Belga)