"Le travail reprend progressivement, mais ce n'est qu'aujourd'hui/mercredi que nous constatons réellement l'ampleur des dégâts au niveau du matériel", explique Jean-Luc Noirfalise, délégué principal FGTB Métal. "Il faudra un peu de temps pour que tout soit opérationnel".

Dimanche, à la suite d'un conflit social qui touchait la société depuis quelques jours, une vingtaine d'hommes qualifiés de "milice privée" ont été envoyés sur le site par la direction. Deux travailleurs ont été agressés, et du matériel de production cassé.

Mardi, un manager de crise a été désigné pour relancer l'activité. Il se présentera mercredi aux syndicats lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire et devrait rencontrer le personnel dans la foulée.

Avec Belga

"Le travail reprend progressivement, mais ce n'est qu'aujourd'hui/mercredi que nous constatons réellement l'ampleur des dégâts au niveau du matériel", explique Jean-Luc Noirfalise, délégué principal FGTB Métal. "Il faudra un peu de temps pour que tout soit opérationnel". Dimanche, à la suite d'un conflit social qui touchait la société depuis quelques jours, une vingtaine d'hommes qualifiés de "milice privée" ont été envoyés sur le site par la direction. Deux travailleurs ont été agressés, et du matériel de production cassé. Mardi, un manager de crise a été désigné pour relancer l'activité. Il se présentera mercredi aux syndicats lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire et devrait rencontrer le personnel dans la foulée. Avec Belga