D'après l'Union des Classes moyennes, "ce n'était pas la foule dans les rues commerçantes" ce lundi. "Les files d'attente ne s'étiraient que devant certaines grandes enseignes ou boutiques de type Proximus ou Voo. Comme souhaité par les autorités sanitaires, le shopping plaisir n'a pas repris. Les consommateurs sont allés faire les achats nécessaires", commente l'organisation. Un constat que relativise la CNE qui relève "des petits achats vraiment sans nécessité; nous sommes clairement dans du loisir", déplore Delphine Latawiec, permanente CNE Commerce. Si les membres sondés par l'UCM sont ravis de retrouver leurs clients et de générer un peu de chiffre d'affaires, ils doivent ?uvrer dans des conditions qui ne sont pas optimales et qui ne permettent pas d'envisager à court terme "une reprise solide de l'activité". "Si l'on veut éviter une vague de faillites et de cessations, il faudra prolonger des mesures de soutien pour les commerçants: chômage force majeure pour les salariés, droit passerelle partiel pour les indépendants, aides en trésorerie...", souligne l'UCM qui plaide également pour un moratoire sur les faillites jusqu'au 31 décembre. (Belga)

D'après l'Union des Classes moyennes, "ce n'était pas la foule dans les rues commerçantes" ce lundi. "Les files d'attente ne s'étiraient que devant certaines grandes enseignes ou boutiques de type Proximus ou Voo. Comme souhaité par les autorités sanitaires, le shopping plaisir n'a pas repris. Les consommateurs sont allés faire les achats nécessaires", commente l'organisation. Un constat que relativise la CNE qui relève "des petits achats vraiment sans nécessité; nous sommes clairement dans du loisir", déplore Delphine Latawiec, permanente CNE Commerce. Si les membres sondés par l'UCM sont ravis de retrouver leurs clients et de générer un peu de chiffre d'affaires, ils doivent ?uvrer dans des conditions qui ne sont pas optimales et qui ne permettent pas d'envisager à court terme "une reprise solide de l'activité". "Si l'on veut éviter une vague de faillites et de cessations, il faudra prolonger des mesures de soutien pour les commerçants: chômage force majeure pour les salariés, droit passerelle partiel pour les indépendants, aides en trésorerie...", souligne l'UCM qui plaide également pour un moratoire sur les faillites jusqu'au 31 décembre. (Belga)