Le gouvernement compte demander aux partenaires sociaux de préparer une proposition portant sur la réintroduction de la période d'essai, révélaient mardi L'Echo et De Tijd. Celle-ci avait été supprimée lors de l'introduction du statut unique pour les ouvriers et les employés, ce qui avait été "un compromis délicat" d'après l'ACLVB, pendant flamand de la CGSLB. "Un compromis comporte de bons et moins bons points, tant pour les travailleurs que pour les employeurs. La suppression de la période d'essai était justement un des points qui rendaient le compromis acceptable pour l'ACLVB." Il n'est pas question de dialogue de cette manière, estime de son côté l'ACV. "Ce sont les employeurs qui tiennent la plume du gouvernement", dénonce son secrétaire national, Mathieu Verjans. Un avis que rejoint le syndicat libéral. D'après les organisations patronales, les entreprises préfèrent recourir aux travailleurs intérimaires et sont moins promptes à signer un contrat de travail à durée indéterminée. "Une erreur", répond-on au sein du syndicat chrétien. "Il n'y a pas une augmentation significative de l'emploi intérimaire qui puisse être liée à la suppression de la période d'essai." Mathieu Verjans évoque enfin les nombreux millions d'euros que les employeurs ont reçu à titre de compensation pour les coûts supplémentaires liés au statut unique. "A ce propos, on ne les entend évidemment pas...", se lamente-t-il. "C'est toujours la même chose avec ce gouvernement: on nous implique quand tout a déjà été décidé. C'est inacceptable", fulmine, quant à lui, le président de la FGTB. (Belga)

Le gouvernement compte demander aux partenaires sociaux de préparer une proposition portant sur la réintroduction de la période d'essai, révélaient mardi L'Echo et De Tijd. Celle-ci avait été supprimée lors de l'introduction du statut unique pour les ouvriers et les employés, ce qui avait été "un compromis délicat" d'après l'ACLVB, pendant flamand de la CGSLB. "Un compromis comporte de bons et moins bons points, tant pour les travailleurs que pour les employeurs. La suppression de la période d'essai était justement un des points qui rendaient le compromis acceptable pour l'ACLVB." Il n'est pas question de dialogue de cette manière, estime de son côté l'ACV. "Ce sont les employeurs qui tiennent la plume du gouvernement", dénonce son secrétaire national, Mathieu Verjans. Un avis que rejoint le syndicat libéral. D'après les organisations patronales, les entreprises préfèrent recourir aux travailleurs intérimaires et sont moins promptes à signer un contrat de travail à durée indéterminée. "Une erreur", répond-on au sein du syndicat chrétien. "Il n'y a pas une augmentation significative de l'emploi intérimaire qui puisse être liée à la suppression de la période d'essai." Mathieu Verjans évoque enfin les nombreux millions d'euros que les employeurs ont reçu à titre de compensation pour les coûts supplémentaires liés au statut unique. "A ce propos, on ne les entend évidemment pas...", se lamente-t-il. "C'est toujours la même chose avec ce gouvernement: on nous implique quand tout a déjà été décidé. C'est inacceptable", fulmine, quant à lui, le président de la FGTB. (Belga)