Le gouvernement fédéral s'est entendu lundi soir lors du "kern" sur un nouveau contrat de travail. L'accord comprend également une réglementation pour les employés de l'économie de plateforme, comme Deliveroo et Uber. Huit critères sont définis pour décider si une personne doit être considérée comme un indépendant ou un salarié. Tous les collaborateurs devront également être assurés contre les accidents du travail. "Nous allons étudier les textes, et plus particulièrement les conséquences sur les possibilités de rémunération des milliers d'indépendants qui utilisent notre application", a réagi un porte-parole d'Uber. "Nous soutenons les efforts en vue d'une amélioration du travail de plateforme et allons, avec les autorités, travailler afin de trouver des solutions qui offrent une meilleure protection aux chauffeurs et coursiers, sans que leur flexibilité ne doive être réduite." L'entreprise fait ici référence aux exemples d'autres pays européens où davantage de protection a été prévue, et où la majorité des chauffeurs ont néanmoins préféré rester indépendants, selon elle. La plateforme affirme qu'a contrario, à Genève et en Espagne, une règlementation plus stricte a mené à d'importantes pertes d'emplois. (Belga)

Le gouvernement fédéral s'est entendu lundi soir lors du "kern" sur un nouveau contrat de travail. L'accord comprend également une réglementation pour les employés de l'économie de plateforme, comme Deliveroo et Uber. Huit critères sont définis pour décider si une personne doit être considérée comme un indépendant ou un salarié. Tous les collaborateurs devront également être assurés contre les accidents du travail. "Nous allons étudier les textes, et plus particulièrement les conséquences sur les possibilités de rémunération des milliers d'indépendants qui utilisent notre application", a réagi un porte-parole d'Uber. "Nous soutenons les efforts en vue d'une amélioration du travail de plateforme et allons, avec les autorités, travailler afin de trouver des solutions qui offrent une meilleure protection aux chauffeurs et coursiers, sans que leur flexibilité ne doive être réduite." L'entreprise fait ici référence aux exemples d'autres pays européens où davantage de protection a été prévue, et où la majorité des chauffeurs ont néanmoins préféré rester indépendants, selon elle. La plateforme affirme qu'a contrario, à Genève et en Espagne, une règlementation plus stricte a mené à d'importantes pertes d'emplois. (Belga)