Le redressement fiscal fait suite à une enquête de cinq ans. La période litigieuse porte, elle, sur les déclarations d'impôts de Coca-Cola de 2007 à 2009, précise le groupe d'Atlanta. Le fisc américain (Internal Revenue Service) ne prévoit toutefois pas d'infliger une amende au groupe, qui produit aussi Fanta et Sprite.

Coca-Cola récuse ces conclusions et a annoncé qu'il va saisir les juridictions et administrations compétentes pour contester le redressement. La dispute porte sur les royalties perçues par Coca-Cola à l'étranger concernant ses licences et autres brevets liés à la production, la distribution, la vente et le marketing de ses produits.

Cette affaire tombe au moment où le groupe est confronté à une érosion des ventes mais elle n'aura pas d'impact matériel sur ses comptes dans l'immédiat, assure la société.

La trésorerie et la performance financière pourraient toutefois en pâtir si les tribunaux donnent raison au fisc, avertit Coca-Cola.

Le titre perdait 1,02% à 38,98 dollars une demi-heure avant la clôture de la Bourse de New York.

Le redressement fiscal fait suite à une enquête de cinq ans. La période litigieuse porte, elle, sur les déclarations d'impôts de Coca-Cola de 2007 à 2009, précise le groupe d'Atlanta. Le fisc américain (Internal Revenue Service) ne prévoit toutefois pas d'infliger une amende au groupe, qui produit aussi Fanta et Sprite. Coca-Cola récuse ces conclusions et a annoncé qu'il va saisir les juridictions et administrations compétentes pour contester le redressement. La dispute porte sur les royalties perçues par Coca-Cola à l'étranger concernant ses licences et autres brevets liés à la production, la distribution, la vente et le marketing de ses produits. Cette affaire tombe au moment où le groupe est confronté à une érosion des ventes mais elle n'aura pas d'impact matériel sur ses comptes dans l'immédiat, assure la société. La trésorerie et la performance financière pourraient toutefois en pâtir si les tribunaux donnent raison au fisc, avertit Coca-Cola. Le titre perdait 1,02% à 38,98 dollars une demi-heure avant la clôture de la Bourse de New York.