Des concessions aux portes closes, des ateliers limités aux réparations, des milliers de véhicules attendant livraison... Le secteur automobile espère bien une reprise des activités à partir du 4 mai, date prévue de la levée du confinement. " Cette reprise, d'autant plus urgente que tous les sites sont fermés depuis le 18 mars, est liée aux accords nécessaires au sein des différentes commissions paritaires, à l'accord du Conseil national de sécurité et à l'accord du gouvernement ", explique Philippe Dehennin, président de la Febiac.
...

Des concessions aux portes closes, des ateliers limités aux réparations, des milliers de véhicules attendant livraison... Le secteur automobile espère bien une reprise des activités à partir du 4 mai, date prévue de la levée du confinement. " Cette reprise, d'autant plus urgente que tous les sites sont fermés depuis le 18 mars, est liée aux accords nécessaires au sein des différentes commissions paritaires, à l'accord du Conseil national de sécurité et à l'accord du gouvernement ", explique Philippe Dehennin, président de la Febiac. Cet espoir de relancer l'activité vaut aussi pour les cycles. " Des vélocistes ont montré, pour les réparations urgentes, qu'il y avait moyen de travailler en toute sécurité sanitaire avec, par exemple, un système de sas où le client dépose le vélo à réparer et le récupère avec un code, après paiement en ligne ", avance Filip Rylant, responsable de la communication chez de Traxio, la fédération des distributeurs et réparateurs d'automobiles et de cycles. Les usines de production redémarrent ou s'y préparent. Volvo, à Gand, a relancé la production ce lundi 20 avril. " Nous l'avons fait de manière soft, avec à peu près la moitié de l'effectif total de 6.500 personnes ", explique Barbara Blomme, porte-parole de l'usine. L'objectif est de vérifier s'il est possible de revenir à la production de 5.000 véhicules par semaine : des SUV XC40 et des V60. " Cela va dépendre de la phase de test ", qui devrait durer une semaine environ. Ce redémarrage s'opère avec une batterie de mesures assurant la distanciation des travailleurs, y compris à la cafétéria où ils doivent se succéder par séquence de 30 minutes, dans un espace réaménagé. Audi, à Forest, aimerait bien aussi relancer la production, mais n'y est pas encore. Le groupe a annoncé redémarrer ses usines " d'ici la fin du mois d'avril ". D'après ACEA, l'association européenne des constructeurs d'automobiles, l'arrêt des usines impacte, au 20 avril, 30.000 personnes en Belgique, et représente une perte de production de 30.306 véhicules (2 millions au niveau européen). Dans la distribution, les concessionnaires belges regardent ce qui se fait chez nos voisins. Le grand-duché de Luxembourg, qui distribue des masques à la population, montre déjà une voie de préouverture depuis le 9 avril. Les ateliers y acceptent les entretiens, les permutations de pneus, les travaux de carrosserie. Les livraisons de voiture y sont autorisées, en concession ou à domicile. Avec des mesures comme une distance de deux mètres entre les personnes, et la désinfection des autos. " Les showrooms restent fermés ", précise toutefois Guido Savi, responsable de Febiac Luxembourg. L'Allemagne a, par contre, rouvert ses concessions automobiles depuis le 20 avril, avant la fin du confinement programmée actuellement pour le 3 mai, comme en Belgique.