L'Agence fédérale de contrôle nucléaire avait autorisé le redémarrage le 11 juin dernier. Lors de l'arrêt planifié pour l'entretien du réacteur de Tihange 2, des dégradations du béton avaient été constatées dans le local d'échappement de la vapeur du bâtiment bunkerisé, à la suite d'une exposition continue du béton à des conditions chaudes et humides. Les zones dégradées ont donc dû être réparées. Une anomalie avait ensuite été constatée au niveau du positionnement et des dimensions d'une partie des armatures de béton qui se situaient dans le plafond du bâtiment. (Belga)