Des petits pots pour bébé, il y en a des tonnes dans les rayons des supermarchés et des magasins bios. Pourquoi donc lancer une énième gamme ? Et bien, parce que justement, il ne s'agit pas du même produit", explique Caroline de Behault, qui a lancé Ready to Grow avec son associée Estelle Brenez. Les panades traditionnelles, bios ou pas, conditionnées dans des pots en verre ou dans des pochettes sous vide, sont stockées à température ambiante et présentent des dates limites de consommation très lointaines. Pour cela, elles ont été stérilisées ; elles ont subi une chauffe à environ 140° C. Au passage, les ingrédients contenus dans ces panades ont perdu la quasi-totalité de leurs micronutriments.
...

Des petits pots pour bébé, il y en a des tonnes dans les rayons des supermarchés et des magasins bios. Pourquoi donc lancer une énième gamme ? Et bien, parce que justement, il ne s'agit pas du même produit", explique Caroline de Behault, qui a lancé Ready to Grow avec son associée Estelle Brenez. Les panades traditionnelles, bios ou pas, conditionnées dans des pots en verre ou dans des pochettes sous vide, sont stockées à température ambiante et présentent des dates limites de consommation très lointaines. Pour cela, elles ont été stérilisées ; elles ont subi une chauffe à environ 140° C. Au passage, les ingrédients contenus dans ces panades ont perdu la quasi-totalité de leurs micronutriments. " Les panades que vous trouvez dans la grande distribution vont rassasier votre enfant, certes, mais elles ne présentent aucun intérêt au niveau nutritif : les vitamines et minéraux disparaissent avec la stérilisation. Au final, ce sont des aliments morts ", poursuit Caroline de Behault. Ready to Grow, c'est une aventure qui sent le vécu. " Caroline et moi sommes toutes les deux mamans de tout-petits, explique Estelle Brenez. Souvent, nous en avions marre du train-train panade : laver les légumes, les couper, les cuire à la vapeur, les mixer... Sans oublier la montagne de vaisselle, du cuit-vapeur au mixeur. Toutefois, nous sommes très attentives à la qualité de ce que nous donnons à nos enfants et nous n'étions pas satisfaites de la qualité - et du goût - des petits pots tout faits. Il y avait une brèche, nous nous y sommes engouffrées ! Ready to Grow, ce n'est pas une énième marque, mais une catégorie nouvelle : le frais pour bébé. " Pour la production, les deux mamans collaborent avec un atelier situé à Fernelmont, en région namuroise. " La Cuisine des Champs fournit des repas bios à beaucoup de collectivités (crèches, écoles, maisons de repos, etc.). Nous faisons une confiance aveugle à Jeanne Collard et son équipe, qui travaillent comme à la maison. " Et comme la cuisine bio n'a pas beaucoup d'intérêt si on s'approvisionne aux quatre coins du monde, la démarche de Ready to Grow favorise l'approvisionnement local et de saison. " Tous les ingrédients qui entrent dans la composition de nos panades sont locaux : par exemple, les patates douces viennent du champ d'à côté. Ready to Grow est 100 % belge ! ", s'enthousiasme Caroline de Behault. Les recettes ont été conçues avec l'aide de pédiatres et de nutritionnistes. " Les légumes sont cuits à la vapeur, mixés, puis directement mis en pots et placés au frais. Cela permet de maintenir la fraîcheur et les nutriments. Evidemment, un pot produit maintenant ne se gardera pas jusqu'en 2021 comme les pots stérilisés, mais nos produits, qui se conservent au frais, ont tout de même une durée de conservation d'un mois. Pour les mompreneuses, le challenge est double. Premièrement, il faut amener les clients vers le rayon frais alors qu'ils sont habitués à trouver les panades à côté des couches et du lait en poudre. " Pour cela, nous sommes confiantes. Notre produit est de qualité, donc les distributeurs d'alimentation bio nous réservent un bon accueil. Outre la plateforme Efarmz avec qui nous sommes partenaires et qui constitue une belle vitrine, nous sommes présents dans plus de 20 magasins pour le moment et nous agrandissons sans cesse ce réseau en choisissant des magasins qui partagent nos valeurs. " Le seuil de rentabilité est de 3.000 pots/semaine, rythme qu'elles espèrent atteindre après un an et demi. Le deuxième défi, c'est retenir les clients. " Les panades ne dure en effet qu'un temps... Mais nous réfléchissons déjà à l'élargissement de notre gamme pour suivre nos petits consommateurs tout au long de leur croissance, avec des panades pour les 15-18 mois, des plats préparés sains pour les 24 mois et plus, des goûters, etc. " Par Marie d'Otreppe.