"Une collaboration avec une société comme Eneco qui dispose d'un fort profil vert correspond à l'ambition de Rabobank d'être la banque de la transition énergétique", a indiqué le porte-parole. "Cela correspond également à notre mission sociétale." Eneco est actuellement détenu par 44 communes néerlandaises. Mais l'entreprise est depuis 2017 séparée du gestionnaire de réseau Stedin. Les grands actionnaires comme Rotterdam et La Haye pourraient encaisser des sommes de 2,5 à 3 milliards d'euros grâce à cette vente. La revente d'Eneco se déroule via une enchère contrôlée. Quatre candidats ont ainsi été sélectionnées : un consortium composé de Shell et PGGM, le Japonais Mitsubishi, l'investisseur australien Macquarie Infrastructure et donc le fonds d'investissement KKR. Le candidat gagnant sera annoncé d'ici la fin de l'année. Eneco est actif aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et en Belgique. En 2017, l'entreprise avait racheté Eni Belgium, ce qui avait permis à Eneco, dans notre pays, d'atteindre un total de 1,1 million de clients résidentiels et de 55.000 clients commerciaux. (Belga)