Deux banques ont été mandatées pour conduire les négociations, Goldman Sachs et la Banque Rothschild. On parle d'une valorisation de l'ordre de 800 millions d'euros, soit 10% de plus que le prix auquel la Compagnie nationale à portefeuille d'Albert Frère avait cédé Quick à la CDC, en 2007.

Le groupe Quick pèse un peu plus d'un milliard de chiffre d'affaires, exploite 498 restaurants et emploie 19.000 collaborateurs. À 800 millions, l'acquéreur payerait huit fois l'Ebitda.

Deux banques ont été mandatées pour conduire les négociations, Goldman Sachs et la Banque Rothschild. On parle d'une valorisation de l'ordre de 800 millions d'euros, soit 10% de plus que le prix auquel la Compagnie nationale à portefeuille d'Albert Frère avait cédé Quick à la CDC, en 2007. Le groupe Quick pèse un peu plus d'un milliard de chiffre d'affaires, exploite 498 restaurants et emploie 19.000 collaborateurs. À 800 millions, l'acquéreur payerait huit fois l'Ebitda.