Certains voient dans ces mau-vais résultats les limites du " système 3G ", du nom de la société d'investissement brésilienne 3G Capital qui, avec Berkshire Hathaway, le holding de Warren Buffett, est devenue actionnaire principal de Kraft Heinz. Basé sur une chasse impitoyable aux coûts et un appétit d'ogre se ...

Certains voient dans ces mau-vais résultats les limites du " système 3G ", du nom de la société d'investissement brésilienne 3G Capital qui, avec Berkshire Hathaway, le holding de Warren Buffett, est devenue actionnaire principal de Kraft Heinz. Basé sur une chasse impitoyable aux coûts et un appétit d'ogre se traduisant par des rachats réguliers (Heinz, Kraft, tentative d'OPA sur Unilever en 2017), ce modèle est purement financier et brille par son absence de vision alors que la méfiance à l'égard de la nourriture transformée augmente et que les produits locaux sont plébiscités. Pour expliquer ses mauvaises performances, le groupe a d'ailleurs pointé un changement du goût des consommateurs, qui se soucient davantage des questions de santé. " La rentabilité n'a pas été à la hauteur de nos attentes en raison d'une combinaison entre une inflation imprévue des coûts et des économies moins importantes qu'escompté ", a par ailleurs déclaré son CEO, Bernardo Hees. Conséquence des mauvais résultats de Kraft Heinz : AB InBev chutait de 3,62% en Bourse de Bruxelles. C'est que le groupe brassicole a des actionnaires brésiliens communs avec le géant américain. Les deux groupes ont par ailleurs fortement réduit leur dividende et possèdent une culture similaire de maximisation de la marge, ce qui a fait craindre à certains investisseurs que la " méthode 3G " ne soit transposée chez AB InBev, qui doit publier ses résultats ce jeudi.