EG Luxemburg, filiale de BTK Invest, avait annoncé vouloir investir avec l'aide du Qatar quelque 2,5 milliards d'euros dans la construction de quatre nouvelles centrales à gaz en Belgique. Le directeur de l'entreprise luxembourgeoise, Marc Segers, insistait sur les liens étroits de la filiale avec cet État du Golfe Persique.

Qatargas a toutefois démenti toute implication dans ce projet qui soulevait déjà quelques questions. "Qatargas ne collabore par avec BTK ou M. Segers en ce sens, aucune autre entité sous la direction de Qatargas ne s'est engagée" dans ce projet, a réagi la société.

Dans une réaction sollicitée par De Tijd, Marc Segers maintenait néanmoins la participation de Qatargas. Il a ajouté n'être pas en contact direct avec les investisseurs qatariens, ce qui selon lui pourrait expliquer qu'ils n'aient pas encore entendu parler de BTK ou de lui-même.