Selon le document de référence publié mercredi, la rémunération de M. Tavares s'élève à 5,24 millions d'euros (contre 4,707 millions en 2017) à laquelle s'ajoutent 130.000 actions de performance valorisées à 2,4 millions d'euros (contre 1,99 million l'année précédente).

A mi-parcours de son plan stratégique (2015-2021), le groupe qui comprend les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall a enregistré en 2018 un bénéfice net "historique" en hausse de 47% à 2,83 milliards d'euros.

Son chiffre d'affaires a aussi progressé de près de 19% à 74,03 milliards d'euros.

Ces bons résultats ont permis au patron du constructeur automobile d'annoncer fin février le versement d'une prime exceptionnelle de 3.810 euros brut pour les salariés français qui gagnent jusqu'à deux fois le Smic.

En position de force avec une rentabilité opérationnelle parmi les meilleures de l'industrie, PSA étudie de nouvelles opportunités d'alliances ou de fusions avec des concurrents.

L'éventuel rachat de Fiat Chrysler fait notamment partie des options qui pourraient être envisagées, une opération qui permettrait à PSA d'accélérer son retour sur le marché américain sur lequel il ambitionne de revenir.

Selon le document de référence publié mercredi, la rémunération de M. Tavares s'élève à 5,24 millions d'euros (contre 4,707 millions en 2017) à laquelle s'ajoutent 130.000 actions de performance valorisées à 2,4 millions d'euros (contre 1,99 million l'année précédente). A mi-parcours de son plan stratégique (2015-2021), le groupe qui comprend les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall a enregistré en 2018 un bénéfice net "historique" en hausse de 47% à 2,83 milliards d'euros. Son chiffre d'affaires a aussi progressé de près de 19% à 74,03 milliards d'euros.Ces bons résultats ont permis au patron du constructeur automobile d'annoncer fin février le versement d'une prime exceptionnelle de 3.810 euros brut pour les salariés français qui gagnent jusqu'à deux fois le Smic. En position de force avec une rentabilité opérationnelle parmi les meilleures de l'industrie, PSA étudie de nouvelles opportunités d'alliances ou de fusions avec des concurrents. L'éventuel rachat de Fiat Chrysler fait notamment partie des options qui pourraient être envisagées, une opération qui permettrait à PSA d'accélérer son retour sur le marché américain sur lequel il ambitionne de revenir.