En janvier, l'opérateur annonçait vouloir supprimer 1.900 emplois et envisager dans le même temps 1.250 engagements. Ce plan s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle stratégie numérique, pour laquelle la direction souhaite accélérer la transformation de l'entreprise.

Les syndicats ne veulent pas d'un licenciement collectif et ont avancé d'autres propositions, portant notamment sur les nouveaux produits, la réduction du conseil d'administration ou la diminution du dividende. "La direction a poliment examiné chaque proposition, mais la réponse ne correspond pas à ce que nous cherchons: le maintien, voire la croissance des effectifs chez Proximus", explique le délégué syndical ACV/CSC, Ben Coremans. "La direction fait de l'économie de coûts une priorité."

En janvier, l'opérateur annonçait vouloir supprimer 1.900 emplois et envisager dans le même temps 1.250 engagements. Ce plan s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle stratégie numérique, pour laquelle la direction souhaite accélérer la transformation de l'entreprise. Les syndicats ne veulent pas d'un licenciement collectif et ont avancé d'autres propositions, portant notamment sur les nouveaux produits, la réduction du conseil d'administration ou la diminution du dividende. "La direction a poliment examiné chaque proposition, mais la réponse ne correspond pas à ce que nous cherchons: le maintien, voire la croissance des effectifs chez Proximus", explique le délégué syndical ACV/CSC, Ben Coremans. "La direction fait de l'économie de coûts une priorité."