Les clients se trouvant dans les centres-villes de Gand et d'Anvers, entre autres, peuvent désormais surfer sur le réseau 5G de Proximus. De plus petites communes ont aussi été ajoutées au réseau. Il s'agit cependant d'une version limitée de la 5G, qui utilise l'infrastructure existante. Selon Proximus, la vitesse est jusqu'à 30% supérieure à celle de la 4,5G. Pour la véritable 5G, le spectre doit encore être mis aux enchères. Lors du début du déploiement, le 1er avril dernier, plusieurs villes et communes wallonnes s'étaient montrées mécontentes d'un manque de consultation préalable. Ottignies-Louvain-la-Neuve, entre autres, avait évoqué les préoccupations des citoyens concernant les conséquences de cette technologie sur la santé. La 5G de Proximus a ainsi été suspendue dans la plupart des localités du sud du pays où elle avait été lancée début avril, afin de laisser la place à la consultation et à l'information. Seules quatre zones sont encore couvertes. L'opérateur indique vendredi que le déploiement en Wallonie est "en attente" mais qu'il a toujours l'ambition d'y poursuivre l'installation. À Bruxelles, les normes trop strictes en matière de rayonnement empêchent de toute façon tout déploiement pour le moment. (Belga)

Les clients se trouvant dans les centres-villes de Gand et d'Anvers, entre autres, peuvent désormais surfer sur le réseau 5G de Proximus. De plus petites communes ont aussi été ajoutées au réseau. Il s'agit cependant d'une version limitée de la 5G, qui utilise l'infrastructure existante. Selon Proximus, la vitesse est jusqu'à 30% supérieure à celle de la 4,5G. Pour la véritable 5G, le spectre doit encore être mis aux enchères. Lors du début du déploiement, le 1er avril dernier, plusieurs villes et communes wallonnes s'étaient montrées mécontentes d'un manque de consultation préalable. Ottignies-Louvain-la-Neuve, entre autres, avait évoqué les préoccupations des citoyens concernant les conséquences de cette technologie sur la santé. La 5G de Proximus a ainsi été suspendue dans la plupart des localités du sud du pays où elle avait été lancée début avril, afin de laisser la place à la consultation et à l'information. Seules quatre zones sont encore couvertes. L'opérateur indique vendredi que le déploiement en Wallonie est "en attente" mais qu'il a toujours l'ambition d'y poursuivre l'installation. À Bruxelles, les normes trop strictes en matière de rayonnement empêchent de toute façon tout déploiement pour le moment. (Belga)