Les syndicats accusent les employeurs "une fois de plus de tirer profit de la situation en demandant une aide du gouvernement pour alléger les coûts énergétiques des entreprises" "en laissant les travailleurs sur le carreau". Le front commun demande une intervention financière supplémentaire à l'enveloppe prévue. Celle-ci doit être, selon eux, destinée exclusivement aux personnes qui doivent utiliser leur voiture (et non un véhicule de société) pour se rendre au travail. Elle doit être "immédiate et proportionnelle à la hausse des prix du carburant", et pas "une somme symbolique qui ne pèse rien", poursuivent-ils. Les syndicats disent refuser que le remboursement des frais de déplacement soit lié d'une manière ou d'une autre au niveau de salaire, comme le propose le patronat, selon eux. (Belga)

Les syndicats accusent les employeurs "une fois de plus de tirer profit de la situation en demandant une aide du gouvernement pour alléger les coûts énergétiques des entreprises" "en laissant les travailleurs sur le carreau". Le front commun demande une intervention financière supplémentaire à l'enveloppe prévue. Celle-ci doit être, selon eux, destinée exclusivement aux personnes qui doivent utiliser leur voiture (et non un véhicule de société) pour se rendre au travail. Elle doit être "immédiate et proportionnelle à la hausse des prix du carburant", et pas "une somme symbolique qui ne pèse rien", poursuivent-ils. Les syndicats disent refuser que le remboursement des frais de déplacement soit lié d'une manière ou d'une autre au niveau de salaire, comme le propose le patronat, selon eux. (Belga)