Selon des chiffres de la Fédération des entreprises belges de l'électricité et du gaz (Febeg), il n'y a toutefois pas encore d'augmentation significative de la demande de facilités de paiement ou des difficultés de paiement des clients. Febeg a arrêté ces chiffres jusqu'au 15 décembre 2021. Cette constatation doit être nuancée par plusieurs facteurs. Beaucoup de clients disposent encore d'un contrat à prix fixe et sont donc protégés des prix explosifs jusqu'à la fin de leur contrat. De plus, une famille sur cinq a droit à des tarifs sociaux très avantageux. Le tarif social a d'ailleurs été prolongé par le gouvernement fédéral. Malgré cela, les fournisseurs sont inquiets. La hausse historique des prix se ressentira ces prochains mois lorsque les consommateurs devront renouveler leur contrat. Et les défauts de paiement constituent une menace "structurelle" pour la santé financière des fournisseurs, prévient la Febeg. Le secteur exige une répartition équitable des risques entre les différents acteurs. Aujourd'hui, les fournisseurs supportent tous les risques. La Febeg demande que les opérateurs de réseau et les gouvernements assument également une partie de ce risque. (Belga)

Selon des chiffres de la Fédération des entreprises belges de l'électricité et du gaz (Febeg), il n'y a toutefois pas encore d'augmentation significative de la demande de facilités de paiement ou des difficultés de paiement des clients. Febeg a arrêté ces chiffres jusqu'au 15 décembre 2021. Cette constatation doit être nuancée par plusieurs facteurs. Beaucoup de clients disposent encore d'un contrat à prix fixe et sont donc protégés des prix explosifs jusqu'à la fin de leur contrat. De plus, une famille sur cinq a droit à des tarifs sociaux très avantageux. Le tarif social a d'ailleurs été prolongé par le gouvernement fédéral. Malgré cela, les fournisseurs sont inquiets. La hausse historique des prix se ressentira ces prochains mois lorsque les consommateurs devront renouveler leur contrat. Et les défauts de paiement constituent une menace "structurelle" pour la santé financière des fournisseurs, prévient la Febeg. Le secteur exige une répartition équitable des risques entre les différents acteurs. Aujourd'hui, les fournisseurs supportent tous les risques. La Febeg demande que les opérateurs de réseau et les gouvernements assument également une partie de ce risque. (Belga)