Les entreprises non-britanniques de transport traversent beaucoup moins souvent la Manche, refroidis par les droits de douane et d'autres obstacles, a expliqué l'expert. "Elles ont peur de rester coincées dans un port si elles ne disposent pas des bons papiers. "L'obligation de présenter un test négatif au coronavirus est un autre frein. De plus, pour le trajet de retour, les camions n'ont bien souvent pas de marchandises à ramener, ce qui rend le voyage moins attractif qu'auparavant. "Nous n'avons jamais vu les autoroutes et les ferries aussi vides qu'actuellement", s'écrie le responsable de l'Association de la chaîne du froid Shane Brennan. Il en veut au gouvernement britannique pour son "indifférence". Le secteur britannique de l'alimentation en particulier rencontre de grandes difficultés pour le commerce avec l'Union européenne, et cela pourrait durer. "Le secteur britannique de l'alimentation se retrouve à la frontière européenne comme face à un mur massif et nous avons besoin d'aide pour l'escalader." Des organismes gouvernementaux auraient d'ailleurs encouragé certaines entreprises à délocaliser une partie de leurs activités vers l'UE afin de ne pas compromettre le commerce avec l'Europe. Depuis le 1er janvier, le Royaume-Uni est sorti de l'union douanière ainsi que du marché unique européens. Depuis lors, il y a eu des retards dans les échanges avec l'UE, mais aussi avec la région britannique d'Irlande du Nord, qui continue de facto à faire partie de l'union douanière. (Belga)

Les entreprises non-britanniques de transport traversent beaucoup moins souvent la Manche, refroidis par les droits de douane et d'autres obstacles, a expliqué l'expert. "Elles ont peur de rester coincées dans un port si elles ne disposent pas des bons papiers. "L'obligation de présenter un test négatif au coronavirus est un autre frein. De plus, pour le trajet de retour, les camions n'ont bien souvent pas de marchandises à ramener, ce qui rend le voyage moins attractif qu'auparavant. "Nous n'avons jamais vu les autoroutes et les ferries aussi vides qu'actuellement", s'écrie le responsable de l'Association de la chaîne du froid Shane Brennan. Il en veut au gouvernement britannique pour son "indifférence". Le secteur britannique de l'alimentation en particulier rencontre de grandes difficultés pour le commerce avec l'Union européenne, et cela pourrait durer. "Le secteur britannique de l'alimentation se retrouve à la frontière européenne comme face à un mur massif et nous avons besoin d'aide pour l'escalader." Des organismes gouvernementaux auraient d'ailleurs encouragé certaines entreprises à délocaliser une partie de leurs activités vers l'UE afin de ne pas compromettre le commerce avec l'Europe. Depuis le 1er janvier, le Royaume-Uni est sorti de l'union douanière ainsi que du marché unique européens. Depuis lors, il y a eu des retards dans les échanges avec l'UE, mais aussi avec la région britannique d'Irlande du Nord, qui continue de facto à faire partie de l'union douanière. (Belga)