Les trois entités de Baxter à Braine-l'Alleud, notamment la Recherche & Développement (46 emplois menacés) et le support international, sont touchées par ces intentions de licenciements. L'annonce faite par la direction déclenche la première phase de la loi Renault sur le licenciement collectif. "Nous sommes en train de rencontrer les travailleurs: il n'y a pas d'appel à des actions pour l'instant, tout le monde digère la nouvelle, et les gens sont abasourdis", indique le permanent CNE Michel Barbuto. "D'autant que ce sont des travailleurs impliqués dans leur job, des chercheurs qui donnent le meilleur d'eux-mêmes dans des conditions pas évidentes. Aujourd'hui, ils ne comprennent pas, il y a une certaine amertume." L'objectif des représentants du personnel, au cours des discussions qui vont s'ouvrir avec la direction, "sera de minimiser l'impact en terme d'emploi". "Notamment en suggérant des transferts ou des mutations en interne, mais c'est encore un peu tôt à ce stade: on va d'abord examiner attentivement le plan qui nous sera présenté par la direction", conclut le permanent. (Belga)