De nombreux détaillants constatent une diminution des ventes de 15% voire davantage par rapport à l'an dernier, souligne le SNI. Or, "sept détaillants sur 10 avaient encore, avant le lancement des soldes, au moins la moitié de leur stock. Pour plus de 15%, cela montait même jusqu'à 80%". Les communes frontalières n'ont pas non plus remarqué plus d'affluence particulière. Selon l'organisation, cela pourrait déboucher sur "une guerre des prix", et ce alors que les marges du secteur sont déjà "très faibles". "Beaucoup ont commencé à 30% mais des 50 voire 60% de réductions sont déjà monnaie courante." Le Syndicat neutre pour indépendants réitère également sa demande d'autoriser le shopping à deux, avec une personne de sa "bulle". Il estime en effet que faire ses courses seul n'encourage pas les consommateurs. "Le gouvernement ne doit pas faire la même erreur (qu'en août NDLR.) car ces soldes d'hiver sont la dernière chance de survie pour de nombreux commerçants." (Belga)

De nombreux détaillants constatent une diminution des ventes de 15% voire davantage par rapport à l'an dernier, souligne le SNI. Or, "sept détaillants sur 10 avaient encore, avant le lancement des soldes, au moins la moitié de leur stock. Pour plus de 15%, cela montait même jusqu'à 80%". Les communes frontalières n'ont pas non plus remarqué plus d'affluence particulière. Selon l'organisation, cela pourrait déboucher sur "une guerre des prix", et ce alors que les marges du secteur sont déjà "très faibles". "Beaucoup ont commencé à 30% mais des 50 voire 60% de réductions sont déjà monnaie courante." Le Syndicat neutre pour indépendants réitère également sa demande d'autoriser le shopping à deux, avec une personne de sa "bulle". Il estime en effet que faire ses courses seul n'encourage pas les consommateurs. "Le gouvernement ne doit pas faire la même erreur (qu'en août NDLR.) car ces soldes d'hiver sont la dernière chance de survie pour de nombreux commerçants." (Belga)