"Tout le monde me pose la même question, et je vous l'assure, il s'agit de ma décision. " A 52 ans, le Belge Vincent Herbert quitte la direction du Pain Quotidien. " Les actionnaires ont été surpris, dit-il. Mais ils ont très rapidement compris mon choix. " Pas de désaccord, donc, à l'origine de ce départ. Et pas de mauvaises performances non plus. " Les résultats sont bons ", insiste le désormais ex-patron. Le groupe réalisait en 2017 un chiffre d'affaire de 392 millions de dollars. Un chiffre qu'il prévoit d'augmenter de 13 % cette année.
...

"Tout le monde me pose la même question, et je vous l'assure, il s'agit de ma décision. " A 52 ans, le Belge Vincent Herbert quitte la direction du Pain Quotidien. " Les actionnaires ont été surpris, dit-il. Mais ils ont très rapidement compris mon choix. " Pas de désaccord, donc, à l'origine de ce départ. Et pas de mauvaises performances non plus. " Les résultats sont bons ", insiste le désormais ex-patron. Le groupe réalisait en 2017 un chiffre d'affaire de 392 millions de dollars. Un chiffre qu'il prévoit d'augmenter de 13 % cette année. " Après avoir passé 17 ans à la tête de l'entreprise, je me suis dit qu'un changement pouvait être positif, explique Vincent Herbert. Il est vrai que cela apporte un peu d'inconfort, mais j'ai envie de consacrer du temps à ma famille. " L'homme dit ne pas avoir d'autres projets. " Je ne quitte pas Le Pain Quotidien pour un autre challenge professionnel, assure-t-il. Je n'ai pas de plans pour reprendre une autre fonction. Maintenant, des projets intéressants vont sans doute m'être proposés. Si j'ai l'opportunité de coacher d'autres entreprises, je ne dirai pas non. Mais dans l'immédiat, j'ai envie de prendre mon temps. " " Il a investi dans plusieurs autres sociétés et il a beaucoup d'autres projets business, nous confie un cadre de Pain Quotidien. Il lui était devenu impossible de tout faire. " Vincent Herbert reste toutefois actionnaire du groupe aux côtés de la Cobepa (famille de Spoelberch) et de son CEO Jean-Marie Laurent Josi, du fondateur Alain Coumont, de Bruno Caron (Norac), d'Emiel Lathouwers (ex-A.S.Adventure), et de Tony Vandewalle et Bart Van Vooren (ex-O'Neill Belgique). " Nous avons récemment procédé à une augmentation de capital pour pouvoir continuer à croître tant géographiquement qu'au niveau de nos produits, affirme notre interlocuteur. Aux Etats-Unis, nous avons récemment ouvert à Miami et nous voulons nous implanter au Texas. En Europe, nous venons de racheter la franchise en Espagne, et nous avons l'opportunité de faire de même aux Pays-Bas. " Mais c'est surtout en Asie et en Amérique du Sud que Le Pain Quot' veut booster son développement. Déjà présente à Hong Kong, Tokyo et Mumbai, la chaîne vise Bangkok, Singapour, Séoul et Shanghai. En Amérique latine, Le Pain Quotidien va bientôt ouvrir à Bogotá. C'est donc le nouveau CEO, Jerry Gamez, qui aura la responsabilité de cette expansion. Un nouveau venu au profil très international et dont le passé au sein de la chaîne de restauration rapide Burger King ne manque pas de susciter quelques commentaires. " C'est la première fois que le CEO n'est pas belge, explique un cadre. S'il applique les règles de Burger King, ça va être compliqué. Il doit être formé à notre philosophie. " " Je suis à sa disposition pour les six prochains mois, assure Vincent Herbert. C'est vrai qu'il a été à l'école 'Burger King', mais dans ses premières années de travail, il a racheté et fait croître des enseignes proches de notre philosophie. Et puis, mon équipe exécutive reste en place. Jerry vient simplement apporter un nouveau souffle ! "